Hold your breath || William

Invité
Invité
avatar
Hold your breath || William Ven 3 Aoû - 1:59




You wrote your name in invisible ink, for you were so afraid of what they might think. But the scars they left they were loud and clear, weren't they ? weren't they ? When it's too much to bare, memories erase, a disappearing act deserving of our thanks. When it surfaces, just hold your breath. And swim. just swim.

Le soleil tombe comme pourrait le faire une étoile filante, il laisse ses derniers éclats illuminer le ciel, laissant sa lumière se propager partout où elle peut jusqu’à ce qu’elle soit engloutie par l’ombre de la nuit. Tu profites de ces derniers instant Melusine, tu es assise sur l’herbe du parc dans ces derniers jours d’été à Poudlard, tu contemples cette infinité au-dessus de ta tête qui prends des éclats rosées et violacées et, armée de ton appareil photo, tu captures cet instant fugace pour que le monde soit figé dans une image. Les étoiles apparaissent lentement en de faibles points, annonçant que les minutes suivantes serviront à les faire ressortir dans une nuance plus sombre, dans un bleu plus profond et gardant ses secrets quant à l’infinité qu’il montre.

Crépuscule, un moment court et pourtant, l’un des meilleurs de la journée. Tes affaires sont étalées autour de toi, des cahiers et des photos, des notes écrites près de tes livres de voyages, tu prépares clairement un de ces dernier tout en alignant des informations entre deux clichés pris. Remontant ta paire de lunette sur ton nez, tu prends l’un de tes carnets de notes remplis d’images et d’écris, ayant quelques photos collées en guise de souvenirs de ce que tu as vu et retenue de ce que tu as pu voir jusqu’à maintenant. Il y a beaucoup de paysages, quelques élèves qui se sont laissés immortaliser dans une photographie, il y a essentiellement des souvenirs de Poudlard et au vu de la taille de ton calepin, il y en a énormément. Tu souris faiblement en retournant quelques pages, tu replonges quelques mois en arrière sans penser à ta dernière année ici. Et pourtant, la prochaine sera le terminus de tes études, tu devras partir d’ici pour commencer une nouvelle vie.

Tout ce qui a pu se passer ces derniers mois n’est pas pour autant parfait. Il y a eu des pertes, des manigances, des complots. Et tout ça n’annonce rien qui vaille, étrangement tu as même l’impression qu’il va y avoir une suite. Tu ignores laquelle, mais comme un enchaînement de malheurs, il y a toujours des conséquences inattendues et impensées. Un soupir, tu refermes ton carnet sans pour autant bouger de ta place. Les yeux levés vers le ciel, tu espères juste que cela ne sera pas trop grave. Quoi que cela puisse être.

(c) SIAL


Invité
Invité
avatar
Re: Hold your breath || William Ven 3 Aoû - 5:23


☆ I love u I Hate u feat Melusine A. Howard

You ever wonder what we could have been?
You said you wouldn't and you fucking did
Lie to me, lie with me, get your fucking fix
Now all my drinks and all my feelings are all fucking mixed. Always missing people that I shouldn't be missing. Sometimes you gotta burn some bridges just to create some distance. I know that I control my thoughts and I should stop reminiscing
But I learned from my brother that it's good to have feelings.


J'ai levé les yeux au ciel, sombre, le tableau était taché, quelques étoiles venaient s'ajouter à son cliché. J'étais seul, je prenais des photos ici et là, sans réel but. Un coup de blues du soir en somme. Je repensais à Tom. Je repensais à ma vie d'avant. Je repensais à beaucoup de choses. Beaucoup de choses qui avaient le don de me plomber le moral. J'ai laissé échapper un soupir en pressant une nouvelle fois la détente de mon appareil photo.

J'ai tiré sur ma cigarette, encore, j'avais repris cette mauvaise habitude. Je devrais peut être arrêter, aller savoir, ça me permettait de me détendre. D'oublier l'espace d'un instant. Quand je m'isolais, je fumais un coup et mes soucis s'évaporaient, s'envolant lentement avec la fumée grise s'échappant de ma bouche. C'était bon de temps en temps, de se retrouver seul à l'écart, d'être soi-même l'espace d'un instant. Afficher un sourire hypocrite et faire comme si tout aller bien, c'était lassant à force. Pas au point d'être blasé mais assez pour m'ennuyer.

J'ai jeté ma clope à l'écart non sans l'écraser violemment du talon, avant de baisser la tête. C'est là que je l'ai aperçu, alors que je pensais être seul, c'est rare il faut dire de voir du monde dehors à une heure si tardive. C'était une fille, peut être le même âge que moi. Ses cheveux roux resplendissaient non loin de moi. Pendant l'espace d'un instant, j'me suis retrouvé comme paralysé par cet éclat. Comme si je venais de voir un soleil en pleine nuit, le genre de truc hors du commun qui vous bug le cerveau. Après avoir repris, non sans mal, mes esprits. Je l'ai dévisagé du coin de l’œil, en profitant qu'elle n'avait pas encore remarqué ma présence, au risque de passer pour un énorme stalkeur. J'en avais rien à faire sur le coup, j'étais trop curieux pour détourner le regard.

Elle semblait aussi perdue que moi, l'air absent, pas étonnant qu'elle ne m'avait pas remarqué avant du coup. Elle gisait au milieu d'une pile de bouquins et de photos en tout genre. C'est à ce moment que j'ai tilté. Elle avait elle aussi un appareil photo dans les mains. Tss, à croire que le destin était bien foutu pour une fois. J'aurai peut être dû réfléchir avant de l'approcher, prendre le temps de penser à une phrase d'approche, savoir de quelle maison elle venait ou ce genre de trucs utiles. La base pour ne pas paraître pour un gros creepy qui vient t'aborder au beau milieu de la nuit alors qu'il 'y a personne autour.

C'est vrai, j'aurai pu prendre mon temps, tout comme j'aurai pu faire beaucoup de chose si j'avais le pouvoir de remonter le temps. Sur le coup je l'ai approché instinctivement, pourquoi? Je n'en sais rien. Pour être honnête, j'ai pas beaucoup de réponses, pourquoi j'aime la photographie? Pourquoi je voulais en savoir plus sur elle? Pourquoi je voulais autant lui parler? J'sais pas, j'avais juste envie en vrai.

Je me suis posé à côté d'elle, en laissant de côté mon appareil, au moins histoire qu'elle le remarque. Après un micro silence, j'ai brisé le calme présent dans le parc en lui disant, un léger sourire sur les lèvres :

Oy ! Désolé de m'incruster, je pensais être tout seul ce soir, je t'avais pas remarqué avant. Tu viens souvent par ici pendant la nuit?

Il était déjà l'heure d’arborer mon sourire "classique", ma marque de fabrique quoi. Peut être pas, pour une fois, pour une fois depuis longtemps, j'allais peut être sourire, genre vraiment, pas juste pour faire semblant. Enfin, pour le moment, c'était l'impression que j'avais. On verra bien ce qu'il en est. De toute façon, parait que je suis un mauvais menteur, alors autant être moi-même pour une fois. Pour changer comme on dit.


panic!attack
Invité
Invité
avatar
Re: Hold your breath || William Ven 3 Aoû - 19:35




You wrote your name in invisible ink, for you were so afraid of what they might think. But the scars they left they were loud and clear, weren't they ? weren't they ? When it's too much to bare, memories erase, a disappearing act deserving of our thanks. When it surfaces, just hold your breath. And swim. just swim.

Un bruissement te sort de tes pensées, tes yeux clairs observent la source de ce bruit par réflexe et une silhouette se dessine alors devant ton horizon. Inconnu qui ne semble pas hésiter à s’asseoir à tes côtés, tu le fixes sans rien oser dire, laissant un silence étrange s’installer avant que tu ne remarques ce qu’il dépose. Un appareil photo… Tiens ? Tes sourcils s’arquent alors que la curiosité anime tes prunelles, mais ton attention est portée vers sa voix qui se dévoile et il sourit, tout simplement. Une envie de compagnie pourrait justifier son approche envers une parfaite inconnue, juste histoire de passer un peu de temps avant que la journée ne se finisse. Un uniforme aux couleurs des Gryffondors, ce n’est pas souvent qu’un de ces élèves au courage élevé vienne parler simplement pour combler une présence à une ambitieuse de ton genre. Ou alors cela dépassait peut-être juste cette rivalité. Tu n’es pas du genre à chercher les ennuis après tout, il n’y a aucune raison pour qu’il soit là juste pour te pourrir les prochaines minutes.

« Bonsoir… Oui je viens souvent pour prendre des photos. Mais je ne suis pas la seule on dirait. »

Ton regard glisse de nouveau sur ton appareil pour désigner en silence le fait qu’il devait aussi en prendre dans son coin, avant de sourire à ton tour.

« Je m’avance peut-être, mais je ne savais pas qu’il y avait d’autres photographes dans l’école. »

Du moins à Poudlard. Tu n’as pas non plus fait attention jusque-là, tu t’enfermais dans ton monde sans vraiment te soucier des avis ou des remarques des autres. Tu préférais t’effacer de leur univers en étant dans le tiens, que les rumeurs et les histoires à ton sujet s’oublient au fur et à mesure jusqu’à ce qu’on ne te remarque plus. Tu poses le cahier qui était sur tes genoux dans l’herbe avant de regarder une nouvelle fois le garçon. Il devait avoir ton âge même s’il semblait plus jeune physiquement parlant, mais tu as vite appris à te méfier des apparences derrière ton objectif, la rose aux beaux pétales cache toujours le secret de ses épines.

« Et toi ? Pourquoi es-tu ici ? »

Tu acceptes d’engager la conversation, de le connaître malgré la rivalité de vos maisons. De toute façon, la journée se finissait, autant qu’elle soit sur une touche de nouveauté.

(c) SIAL


Invité
Invité
avatar
Re: Hold your breath || William Sam 4 Aoû - 5:54


☆ I love u I Hate u feat Melusine A. Howard

You ever wonder what we could have been?
You said you wouldn't and you fucking did
Lie to me, lie with me, get your fucking fix
Now all my drinks and all my feelings are all fucking mixed. Always missing people that I shouldn't be missing. Sometimes you gotta burn some bridges just to create some distance. I know that I control my thoughts and I should stop reminiscing
But I learned from my brother that it's good to have feelings.


En me rapprochant, j'ai pu la voir plus en détail, elle avait un visage fin et doux, des cheveux qui brillaient au milieu de toute cette obscurité. Oui, elle était vraiment jolie, canon même. Mais j'ai pris sur moi pour cacher mon sourire de satisfaction, c'était pas le moment de passer pour un lourd dragueur, ça l'était jamais de toute façon. En y regardant de plus prêt, j'ai remarqué sa cravate aux couleurs de serpentard, dommage, elle n'était pas de la même maison que moi, après ça explique beaucoup de choses, surtout pourquoi je l'avais jamais croisé avant entre autres.

Pourtant elle venait de me dire qu'elle passait souvent, je l'avais raté du coup, faut croire que mes coups de blues m'aveuglent un peu trop. Pff, faudrait perdre cette mauvaise habitude, comme tout un tas d'autres pas vrai? La clope, l'hypocrisie et j'en passe. Elle lança un petit coup d’œil à son appareil en sous-entendant que moi aussi je pratiquais ce genre de loisir. Elle avait pas idée, pas idée d'à quel point je le pratiquais ni du pourquoi. Bon le dernier point c'est normal, même moi j'ai du mal à trouver une réponse concrète.

-Oui, il m'arrive très souvent de prendre des photos, j'ai toujours mon appareil sur moi si tu veux tout savoir. Et bien sûr que t'es pas la seule, je suis membre du club de journaliste et je peux t'affirmer qu'on n'est pas tout seul. Bon après, je t'avoue qu'il y en a pas beaucoup qui en prennent autant que nous, 'fin je suppose que t'en prend beaucoup aussi. Pour venir photographier ce genre de paysage la nuit faut être sacrément motivé non?

J'ai finis ma phrase par un léger rire, honnête, vraiment, j'avais terminé sur une petite pointe d'humour qui m'avait fait rire, comme si je parlais de moi surtout, comme si je lui disais à quel point on était perdu.

Bref, pour répondre à sa question, c'était tout de suite plus délicat. Ce que je venais faire ici? Et bien, très très bonne question si elle veut tout savoir. Je pouvais pas non plus lui dire que j'étais pris d'un violent moment de déprime, faut dire que pour plomber l'atmosphère y'a pas mieux et je préfère encore éviter de passer pour le dépressif de service, ouais, c'est clairement pas mon genre en plus. J'ai levé les yeux aux ciels, comme si je cherchais surtout une réponse pour moi.

Au final, suffisait de répondre simplement, la simplicité y'a que ça de vrai dans la vie. Pourquoi s'embêter à chercher un truc complexe alors qu'il suffit de dire la première chose qui nous passe par la tête? Ok, ça comporte un risque, y'a des chances de sortir une énorme connerie, mais j'aime le danger, on peut le dire. Alors autant répondre par instinct.

-J'aime bien photographier ce genre de scène, c'est calme, ça change de mes clichés habituels. Dans ce genre de moment, je prend des photos surtout pour moi et pas juste pour les autres. Et puis c'est pas plus mal de passer de temps en temps un moment en tête à tête avec soi ? Pas vrai? Puis on peut faire de belles rencontres qui sait ? Lui dis-je en plongeant mon regard dans le sien, un sourire amusé sur les lèvres. Tes carnets, ce sont tes photos qu'il y a dedans? ça te dérange de me les montrer ? Je serai curieux de voir quel genre de prise tu fais.

Autant utiliser notre point commun évidant pour en savoir plus sur elle pas vrai? Bon le risque, c'est qu'elle puisse me mettre un énorme vent, dans ce cas ça va être compliqué pour la suite, mais bon, j'ai pas trop le choix. Et puis, de mon point de vue, ça vaut le coup de prendre le risque !


panic!attack
Invité
Invité
avatar
Re: Hold your breath || William Dim 5 Aoû - 23:55




You wrote your name in invisible ink, for you were so afraid of what they might think. But the scars they left they were loud and clear, weren't they ? weren't they ? When it's too much to bare, memories erase, a disappearing act deserving of our thanks. When it surfaces, just hold your breath. And swim. just swim.

Il parle beaucoup, tu le remarques tout de suite à son enchaînement de phrases et ta tête se penche légèrement sur le côté en l’écoutant. Cela ne te dérange pas, tu n’es pas quelqu’un qui se dévoile beaucoup alors quand ton interlocuteur comble le silence, ça t’arrange. Un fin sourire se dessine, il fait donc parti du même club que toi… Étonnant que tu ne l’ai pas remarqué avant. Et oui, si l’on partait de ce principe, tu n’es pas la seule à être armée d’un appareil photo. Tes yeux dérivent vers le ciel, une nouvelle fois, à sa dernière phrase. Motivée ? Non pas vraiment.

« On peut appeler ça une motivation. Je le fais beaucoup trop souvent pour que ça en soit une, disons que c’est un plaisir quotidien… Mais vu que tu en fais autant, tu dois voir de quoi je parle non ? »

Malicieux sourire, tu poses tes prunelles claires sur le jeune homme. Ton affirmation se confirme quand il reprend la parole et tu devais bien admettre qu’il marquait un point. Oui, ce genre de moment privilégié ne servait qu’à toi seule, égoïste instant où tu t’échappais de tes problèmes pour simplement contempler le monde qui t’entourait, tu hoches légèrement la tête tout en affichant un air amusé quand il parle de rencontre. Oui, effectivement tu ne pensais pas faire la connaissance de quelqu’un ce soir qui en plus, prenait des photos. Comme quoi, tout était possible.

Tu fronces pourtant tes sourcils quand il évoque tes carnets avant de les observer du coin de l’œil, pensive.

« Hm… J’ai un album qui traîne je crois. »

Tu attrapes ce qui semblait être un vieux grimoire à la couverture de cuir usé, avant de le poser à la place de ton carnet sur tes genoux. Épais volume, on pouvait voir pourtant que ce n’était pas un livre quand on faisait plus attention aux pages au vu de l’extérieure. Trop épaisses, il y avait quelque chose dessus. Tu l’ouvres dès la première page et un sourire nostalgique peint tes fines lèvres. Ce n’est pas un album très vieux, il date d’il y a une année ou deux, mais les choses étaient différentes de maintenant. Les élèves et les profs ne semblaient pas aussi tendus, les évènements n’étaient pas les mêmes, tout semblait beaucoup plus calme.

« Ces photos datent de l’année dernière. C’est étrange, je fais partie du club de journalisme aussi et je n’ai pas souvenir de t’avoir déjà vue là-bas. »

Curieuse, tu restes avec l’ouvrage sur tes genoux, ouvert sur les premiers clichés de ta 8e année, on peut juste voir sur ces derniers le premier grand repas des premières années franchement venus avec leur robe sans couleur et leur rire innocent. Tu as été comme ça aussi Melusine, tout comme ce garçon en face de toi.

« Quel est ton nom ? »

Autant demander tout de suite, peut-être que tu le connais simplement de par son appellation qui sait.

(c) SIAL


Invité
Invité
avatar
Re: Hold your breath || William Lun 3 Sep - 0:39


☆ I love u I Hate u feat Melusine A. Howard

You ever wonder what we could have been?
You said you wouldn't and you fucking did
Lie to me, lie with me, get your fucking fix
Now all my drinks and all my feelings are all fucking mixed. Always missing people that I shouldn't be missing. Sometimes you gotta burn some bridges just to create some distance. I know that I control my thoughts and I should stop reminiscing
But I learned from my brother that it's good to have feelings.


Elle venait souvent ici d'après ses dires. Il faut dire que j'avais tendance à pas mal vadrouiller quand je venais prendre des photos, dans un sens, c'était donc logique que nos chemins ne se soient pas croisés avant. Ou alors, je devais simplement être l'esclave de me pensées, chose qui m'arrive bien trop fréquemment quand je décide de m'isoler. Soupir. C'est la misère pas vrai? Si mon don était le contrôle des émotions, ça se saurait. Lorsqu'elle aborda le terme de la motivation, une ombra plana sur mon visage pendant un bref instant. Assez pour que je me pose des questions sur tout cela. Pourquoi je prenais des photos? A quoi bon emprisonner un instant, qu'il soit de bonheur ou de tristesse, beau ou laid, ou même emplie de simplicité. A quoi bon. Au final, il ne nous reste que de vulgaires souvenirs. Qu'un mélancolie qui s’empare de nous en repensant à ces moments figés pour toujours. Des moments qu'on ne retrouvera jamais, des moments passés, des moments perdues.

Bref, c'était pas le moment de perdre les pédales. Surtout que c'était pas mon genre face à quelqu'un, d'autant plus une fille que je venais de rencontrer. Avouez que ça ne le fait pas vraiment. Y'a mieux comme première image on va dire. Je suis peut être pas un gros dur, mais pas question de passer pour le gros fragile émotif de service. Au moins, j'voudrais garder un peu de dignité en moi. Pour le moment, après je verrai bien ce que l'avenir me réserve.

Elle me montra donc un carnet qu'elle avait non loin de là. D'ancienne photo de son arrivée à Poudlard. Logiquement j'aurai peut être pu y apparaître. Elle enchaîna ensuite sur le club de journalisme, sans transition après m'avoir expliqué ses clichés. C'est vrai que c'est moi qui avait abordé le sujet. Mais maintenant qu'on en parlait, moi non plus je n'avais pas souvenir de l'avoir croisé là-bas. Après pour être honnête, je n'y passe clairement pas ma vie.

-C'est vrai, moi non plus je ne pense pas t'avoir croisé dans le club. Si tu veux tout savoir, je n'y passe pas si souvent que ça, mais je suis l'un des membres et ma passion pour la photographie est bien ancré en moi.

Sa prochaine question était délicate. J'étais pas dû genre à crier sur tous les toi mon appartenance aux sang purs. Surtout après la mort de Tom, je préférais éviter d'en parler. Lui était un génie moi non. Les gens ont plus tendance à se souvenir de lui et donc logiquement ils souhaitent en parler, même si c'est pour faire semblant de soutenir et de comprendre ma peine. Comme s'ils en étaient capables.

D'un autre côté, je pouvais pas non plus rester muet sans rien dire. Soit je passais pour un énorme parano soit pour un mec louche qui ne veut pas décliner son identité. Et étrangement, aucune de ces deux options ne me plaisaient. Bizarre hein. Perdu pour perdu, autant miser sur le fait qu'elle me prendra pour l'un de mes cousins, d'ailleurs doit y en avoir un qui traîne à Serpentard. Une chance sur trois, comme on dit, pour qu'elle me reconnaisse. La chance c'est pas mon truc mais pitié, pour une fois dans ma vie, faite que ça m'arrive, pour changer au moins.

-William Prewett ! Et je suis vraiment heureux d'avoir pu faire ta rencontre...heu.. et toi? Tu t'appelles comment?

Si ça se trouve, son nom de famille est encore bien plus lourd à porter que le miens, ce qui serait vachement ironique pour le coup. Ce qui ne pourrait vouloir dire qu'une seule chose, qu'elle grosse pute la vie tout de même !


panic!attack
v[/b]
Invité
Invité
avatar
Re: Hold your breath || William Mar 4 Sep - 0:38




You wrote your name in invisible ink, for you were so afraid of what they might think. But the scars they left they were loud and clear, weren't they ? weren't they ? When it's too much to bare, memories erase, a disappearing act deserving of our thanks. When it surfaces, just hold your breath. And swim. just swim.

Il s’explique, il ne passe pas souvent là-bas malgré le fait qu’il aime faire de photos et tu te contentes de cette réponse. Pourquoi se méfier plus, toi non plus tu ne passais pas très souvent là-bas, hormis pour déposer les clichés demandés, tu ne faisais rien d’autres. Peut-être qu’il en faisait autant, tu ne les connaissais pas tous dans ce club. Tu refermes ton album avec soin avant de le déposer sur l’herbe fraîche du début de la nuit. Elle tombe rapidement, assombrissant le ciel pour créer une atmosphère mystérieuse dans cette conversation à la fois banale et unique. Oui, exclusive car chaque personne était différente, chaque discussion pouvait créer à tout moment un revirement inattendu.

« Prewett ? … Tiens, il me semble qu’un membre de ta famille est parmi les Serpentards… Clark je crois. »

Oui, un an ou deux de différence entre toi et lui mais son nom était connu. Une famille de sang-pur, personne ne peut passer à côté. Ce sont un peu les célébrités de l’école, un peu comme toi fût un temps. Heureusement que tu t’es faite oubliée, il a parfois de grands yeux en entendant ton nom de famille, mais rien de plus.

« Je suis contente de faire ta connaissance aussi William, je m’appelle Melusine pour ma part. »

Tu tournes la tête pour le fixer en silence pendant un instant, ne prononçant pas ton nom de famille tout de suite. Lui adressant un sourire moqueur, tu commences à te redresser en époussetant ton uniforme avant de t’étirer. Rester assise tout ce temps pour prendre des photos a engourdie tes membres, il faut que tu bouges un peu pour ne pas prendre racine. Posant un doigt sur tes lunettes pour les repositionner comme un faut sur ton visage, saleté de myopie à la noix, tu observes de nouveau ton interlocuteur avant de compléter ton nom.

« Melusine Howard. »

Et chose que tu ignorais alors, c’est la fameuse tournure inattendue que cette révélation allait engendrer.

(c) SIAL


Invité
Invité
avatar
Re: Hold your breath || William Mer 5 Sep - 0:48


☆ I love u I Hate u feat Melusine A. Howard

You ever wonder what we could have been?
You said you wouldn't and you fucking did
Lie to me, lie with me, get your fucking fix
Now all my drinks and all my feelings are all fucking mixed. Always missing people that I shouldn't be missing. Sometimes you gotta burn some bridges just to create some distance. I know that I control my thoughts and I should stop reminiscing
But I learned from my brother that it's good to have feelings.


J'ai manqué de lâcher un énorme soupir de soulagement. Le genre de bonne vieille remarque qui nous crame direct. Fort heureusement pour moi, j'ai réussi à me contrôler à temps. Elle n'avait entendue parler que de son cousin, Clark, chez les serpentards lui aussi, logique en somme. Rien d'étonnant oui. Puis il était assez sympa, je l'avais croisé quelques fois, ça reste un gars sûr. Faut dire que les Prewett n'avaient pas forcément mauvaises réputations. S'il y a bien une chose qu'on peut nous accorder, c'est qu'on est plutôt des gens plus ou moins biens.

Je l'ai suivis du regard en la voyant se lever et s'étirer. Un réflexe, comme si j'étais trop absorbé par cette fille. Bizarre cette réaction, faudrait que j'y réfléchisse à l'occasion. Melusine du coup, c'est comme ça qu'elle s'appelait, un nom original, du moins d'où je viens. Je n'avais pas pour habitude d'en entendre un de la sorte. C'était pas pour me déplaire, il était assez jolie. Pendant une fraction de seconde, j'ai commencé à croire qu'elle allait éviter d'aborder son nom de famille. Chose qui m'aurait fait tiqué. Ce genre d'information qu'on garde pour soi. C'est quelque chose qui a le don d'éveillé ma curiosité.

Elle cracha quand même le morceau d'elle même. Brisant le silence. Howard. Howard, j'avais déjà entendu ce nom quelque part. Ou plutôt, il s'était gravé dans ma mémoire. Étrange, habituellement je ne gardais pas en mémoire aussi bien les noms de famille, surtout des personnes que je ne connaissais pas personnellement. Alors pourquoi? Pourquoi me revenait-il en mémoire? Surgissant tel un flash lumineux au beau milieu de cette sombre nuit. Et puis je m'en suis souvenu. Un choc, un éclat qui traverse toute mon âme. Un souvenir qui s'arrache au plus profond de mon subconscient. Une mémoire que j'essaye d'oublier mais qui reste là, toujours présente, qui ne me quitte pas. Elle avait un lien avec les mages noirs, elle ou un membre de sa famille, je n'étais plus très sûr sur le coup.

J'ai passé la tête subitement, laissant mon regard se perdre dans l'horizon obscur qui se dressait devant nous. Avant de la baisser, laissant mes yeux se perdre sur mes pieds. Un étrange sentiment s'empara de tout mon être. De la haine et de la colère, mêlait à une profonde tristesse. J'ai caché un rictus sur mes lèvres. Cette rencontre n'était peut être pas le fruit du hasard après tout. Les mages noirs, ceux qui avaient tué mon frère. Oui, je n'avais pas oublié, je n'oublierai pas. Je leur prendrai tout, tout ce qu'ils m'avaient fait, je leur rendrai au centuple.

J'ai laissé ma tête basculé derrière moi. Levant à nouveau les yeux au ciel avant de me tourner vers Mélusine. Le sourire aux lèvres. Je devais me calmer, cette fille n'avait rien à voir avec eux, peut être, avec de la chance. Quoi qu'il en soit. Je devais en apprendre plus sur ce groupe très fermé. Et quoi de mieux qu'un Howard pour m'aider. En plus, je voulais vraiment en apprendre plus sur elle, donc dans tous les cas, je devais la revoir, j'en avais la certitude en ce moment.

Je me suis remis sur pied d'un bon. La dévisageant à nouveau avec un large sourire, mon sourire habituel.

-Dis moi Mélusine ! Tu crois au destin? Moi oui ! Notre passion et cette rencontre, je suis sûr que tout ça à un sens au fond ! Je sais que je me répète mais... Je suis vraiment content d'avoir pu te croiser ! J'aimerai qu'on puisse garder contact à l'avenir si ça ne te dérange pas !

J'attendais sa réponse impatiemment, un air léger sur le visage. Mélusine, peut être que tu seras en mesure d'embraser à nouveau ma vie qui sait?


panic!attack
Invité
Invité
avatar
Re: Hold your breath || William Sam 8 Sep - 15:12




You wrote your name in invisible ink, for you were so afraid of what they might think. But the scars they left they were loud and clear, weren't they ? weren't they ? When it's too much to bare, memories erase, a disappearing act deserving of our thanks. When it surfaces, just hold your breath. And swim. just swim.

Son air changea et s’il essayait de le cacher, ça ne marcha pas. Tu le fixes Melusine, de tes grands yeux clairs, tu sais que la cause de cette expression soudaine est ton nom de famille. Quelle autre raison cela pourrait-il être ? Tes prunelles l’observent, tu te demandes ce qu’il allait bien dire maintenant. Est-ce qu’il était si réellement content que ça de la connaître maintenant ? Tu en doutes. Cette lueur dans ses yeux n’avait rien de sympathique. Et pourtant, il finit par se redresser, par afficher de nouveau ce sourire avant de reprendre la parole. Le destin ? Non, tu n’y crois pas trop Melusine. Ton avenir n’est pas écrit, c’est toi qui le forme selon tes choix et tes envies. Tes parents t’ont tellement rabâchée avec le fait que tu devais être comme eux que c’est justement l’une des raisons de ta fuite.

Non, tu ne seras jamais comme eux.

« Le destin… Non, je n’y crois pas. C’est une solution de facilité, une excuse que l’on s’invente pour ceux qui ne savent pas comment gérer ce qui leur arrive ou bien pour manipuler les autres. »

Trop froide, tu fronces les sourcils, tu t’es laissée aller à tes émotions en repensant à tes parents. Alors tu soupires en secouant la tête, reprenant sur un ton un peu plus… Amical.

« C’est mon point de vue. Mais cela ne veut pas dire que ceux qui y croient sont faibles. Chacun ses trucs. »

Cependant, le fait qu’il veuille garder contact malgré la fureur de son regard quelques instants plus tôt te rends méfiante. Qu’est-ce qu’il cachait ? … Non, cela ne te regarde pas. Tu hausses les épaules, faisant mine de ne pas t’en soucier. Sa vie ne te regarde aucunement et tu dois contrôler cette curiosité.

« Si tu veux. J’espère à l’avenir que tu ne réagiras pas tout le temps de cette façon quand tu entendras mon nom de famille, sinon ça risque de poser problème. »

Tu n’as pas pu t’en empêcher. Te penchant pour ramasser tes affaires, tu les ranges ensuite dans ton sac à bandoulière pour ensuite te relever et regarder l’heure sur ton téléphone. Il n’est pas très tard, mais tu n’allais pas t’attarder.

« Je vais rentrer. Je te conseille de ne pas trop t’attarder non plus si tu veux pas que le concierge te tombe dessus. »

Tu lui adresses un sourire, tu ne sais pas quoi penser de lui au fond. Il cache un truc, et passer de la colère à ce sourire ne te mets pas en confiance Melusine.

(c) SIAL


Invité
Invité
avatar
Re: Hold your breath || William Dim 16 Sep - 14:43


☆ I love u I Hate u feat Melusine A. Howard

You ever wonder what we could have been?
You said you wouldn't and you fucking did
Lie to me, lie with me, get your fucking fix
Now all my drinks and all my feelings are all fucking mixed. Always missing people that I shouldn't be missing. Sometimes you gotta burn some bridges just to create some distance. I know that I control my thoughts and I should stop reminiscing
But I learned from my brother that it's good to have feelings.


Le destin ? Genre vraiment Will, t'as rien trouvé de mieux? Quel idiot je faisais. C'était vraiment stupide d'avoir sortis un truc cliché au possible. J'hésitais entre me frapper ici et maintenant quitte à passer pour un fou ou m'étendre par terre et attendre patiemment que la faucheuse daigne abréger le malaise.

Bon le bon côté des choses, c'est qu'elle n'a pas été trop dure avec moi. Bon ok, elle m'a envoyé bouler, mais ça je m'y attendais à la limite, si je pouvais, je l'aurai fait avant elle.

Pour mon plus grand bonheur, elle changea vite de sujet. Enfin, "bonheur", le mot est fort pour la situation. Elle avait remarqué mon étrange comportement à l'écoute de son nom. Je maudissais mes réflexes, si seulement j'avais eu la force de prendre sur moi. Mais non, il a fallu que je laisse tout s'échapper, au risque de me démasquer. Je ne pouvais pas encore lui expliquer toute la vérité. Comment faire? "Hey salut mon frère a été tué par des mages noirs, c'est marrant comme ta famille !" Nan, je doute qu'on se tape des barres si je lui sors une phrase du genre.

Mais ne plus la voir n'était pas dans mes projets non plus, donc, perdu pour perdu, j'allais devoir lui sortir une demi-vérité. Le genre de vérité qui passe limité mais qui n'est pas entièrement un mensonge, le genre à soulager la conscience. A vraiment, si je pouvais remonter le temps ça m'arrangerai pour le coup.

-Désolé, vraiment... Je ne voulais pas, ou plutôt, ce n'était pas méchant crois moi. Je ne pensais pas à mal en réagissant de la sorte. J'ai juste été surpris. Je te fais la promesse qu'à l'avenir je n'aurai aucune réaction.

Et peut être même qu'elle en saura plus sur mon histoire, qui sait? Impossible de dire ce que l'avenir nous réserve non? Cette rencontre en était la preuve à mes yeux. Rencontre une descendante de mages noirs, voilà qui était assez inattendu. Mais ce n'était pas pour me déplaire. Je voulais sincèrement en savoir plus sur elle et pas seulement sa famille. Savoir qu'elle ne me rejetait pas mon étrange réaction m'arracha un sourire sincère. Même les boulets ont droit à une deuxième chance visiblement, c'est pas plus mal.

Elle commença à ramasser ses affaires, se préparant à partir. Je ne pouvais pas lui en vouloir sur le coup, c'est vrai qu'il était tard, on ne voyait déjà plus qu'une voûte sombre au dessus de nos têtes. Même si je n'avais en général que faire du concierge, pour pouvoir m'inquiétait, encore faudrait-il qu'il soit en mesure de m'attraper pas vrai? Néanmoins, ce n'était pas une raison pour l'entraîner elle dans un de mes plans foireux. Nan, elle avait l'air d'être quelqu'un de bien au fond, elle.

-Je peux te raccompagner ? Sauf si ça te dérange bien sûr, c'est juste que c'est plus agréable, non?

Je l'ai aidé à ramasser ses dernières affaires, attendant patiemment sa réponse et son feu vert pour partir à sa suite. Un sourire gêné sur le visage, encore coupable d'avoir mal réagis à l'écoute de son nom de famille.


panic!attack
Invité
Invité
avatar
Re: Hold your breath || William Lun 17 Sep - 2:05




You wrote your name in invisible ink, for you were so afraid of what they might think. But the scars they left they were loud and clear, weren't they ? weren't they ? When it's too much to bare, memories erase, a disappearing act deserving of our thanks. When it surfaces, just hold your breath. And swim. just swim.

Une promesse prononcée, tu le fixes en te demandant s’il allait réellement la tenir. Il est amusant ce William, et le sourire qu’il afficha ensuite semblait déjà plus sincère que celui qu’il avait montré auparavant. Il semble maladroit, peut-être trop vif pour ses émotions, mais tu veux bien le croire. Il veut se rattraper, donc c’est qu’il ne voulait pas te blesser comme il vient de le dire. Il est bien étrange, pour ce que tu en vois pour le moment. Il t’a aidé à ramasser le reste de tes affaires et tu penches la tête, pensive à sa proposition.

« Hm… Si tu veux. C’est mieux que de rentrer seule, tu as raison. »

Tu réajustes tes lunettes en lui faisant signe de venir, un sourire aux lèvres. Ça changera de faire la route avec quelqu’un, et ce n’est pas tous les jours que ça te tombait dessus. Parfois tu traînais avec Atlas quand il était d’humeur, parfois c’était Adrian, mais un Gryffondor non ça ne t’était jamais arrivé. Comme quoi, l’avenir est parfois inattendu. Parfois, tout le temps même. Tu te diriges donc vers la Grande Porte sans être réellement pressée.

« Attends mais… Tu es dans ma classe non ? Tu n’es pas en licence de langues et culture magique ? »

Si, quand tu le fixes, tu es certaine de l’avoir déjà vu en classe. Tu t’arrêtes, tu essais de retrouver ce souvenir où tu as pu l’apercevoir et tu fronces les sourcils. Si… si, tu es certaine de l’avoir déjà croisé en classe. Bon sang, mais quel hasard ! Tu ouvres grand les yeux, surprise.

« Mais si, William Prewett effectivement ! Eh bien, je n’aurais jamais pensée te croiser dans une situation de ce genre. »

Tu deviens plus chaleureuse Melusine, ce n’est pas un si grand inconnu finalement. Vous étiez tous les jours dans la même classe, séparés de quelques mètres simplement mais sans vous adresser un mot. Jusque maintenant.

(c) SIAL


Invité
Invité
avatar
Re: Hold your breath || William Lun 17 Sep - 18:49


☆ I love u I Hate u feat Melusine A. Howard

You ever wonder what we could have been?
You said you wouldn't and you fucking did
Lie to me, lie with me, get your fucking fix
Now all my drinks and all my feelings are all fucking mixed. Always missing people that I shouldn't be missing. Sometimes you gotta burn some bridges just to create some distance. I know that I control my thoughts and I should stop reminiscing
But I learned from my brother that it's good to have feelings.


Bon, au moins elle ne l'avait pas mal pris, ou alors elle avait la gentillesse de ne pas en reparler. Elle a même accepté ma proposition de retour. C'est un bon point non? Dîtes moi oui par pitié. Oui elle semblait heureuse, le sourire aux lèvres. En y repensant, elle n'avait pas beaucoup souris depuis tout à l'heure. Un sourire radieux d'ailleurs, qui lui allait très bien. J'aurai pu être hypnotisé par ce sourire si elle avait eu l'idée d'en abuser auparavant. Mais sa rareté et le fait qu'elle ne l'utilise pas à l'excès était, dans un sens, ce qui le rendait si beau et unique.

J'ai marché à ses côtés, laissant de temps en temps mon regard se perdre sur son visage. Elle dégageait quelque chose, ce je ne sais quoi qui m'intriguait, qui éveillait en moi une admiration irrationnelle. Une admiration qui venait se greffer au plus profond de mon esprit. Seule sa voix avait la force de m'arracher à ses pensées.

Elle souleva un fait intéressant. On était dans la même classe, c'est vrai que j'aurai pu le remarquer avant. J'aurai dû même. C'était bizarre que ce détail m'ait échappé. Pendant que je me maudissais d'avoir zappé une fille aussi spéciale dans la même classe que moi, elle semblait heureuse en apprenant la nouvelle. Chose qui ne manqua pas de me faire sourire.

-Maintenant que tu le dis, c'est vrai, je pense qu'on est bien dans la même classe ! C'est fou quand même ! Si je t'avais remarqué avant je serais venue te parler bien plus tôt !

Tandis que je souriais d'un air gêné, cachant tant bien que mal ma déception. J'ai passé une main dans mes cheveux, caressant l'arrière de mon crâne, cherchant tant bien que mal à esquiver la situation.

-On pourra se revoir alors ! Je viendrais suivre les cours avec toi si ça ne te dérange pas ! Je trouve ça sympa comme idée non?

C'était surtout une bonne idée pour moi, mais au vue de ses récentes réactions, j'avais bon espoir. C'est ça, l'espoir, je devais le garder, c'était ma seule chance d'en savoir plus sur elle pour l'instant.

-On pourra même prendre des photos ensembles si tu veux ! J'ai trouvé de bons spots autour de l'école. Tu verras ils sont pas mal du tout.

Appuyer sur notre point commun, c'était la meilleure chose à faire. Pour une fois que je désirais réellement quelque chose, que ça venait entièrement de moi. Que je faisais ça pour moi et moi seul, il était hors de question de laisser passer cette chance.


panic!attack
Invité
Invité
avatar
Re: Hold your breath || William Mer 10 Oct - 15:26




You wrote your name in invisible ink, for you were so afraid of what they might think. But the scars they left they were loud and clear, weren't they ? weren't they ? When it's too much to bare, memories erase, a disappearing act deserving of our thanks. When it surfaces, just hold your breath. And swim. just swim.

Tu te demandes s’il est naturellement aussi direct ou bien s’il n’est pas justement trop direct pour ne pas que ce soit étrange. Tu n’en sais rien Melusine, tu te contentes de le fixer sans vraiment quoi savoir répondre face à ces soudaines paroles. Tu n’es pas habituée à autant de… joie ? D’enthousiasme ? Bref, à ce genre d’émotion quand il s’agit de ta personne. Alors tu souris bêtement avant de répondre.

« Si tu veux, ça ne me dérange pas. Mais je suis les cours, alors n’attends pas à ce que je bavardes avec toi durant les explications. »

Tu lui affiche un air sérieux avant de penser à sa dernière phrase. Tu en connaissais des pas mal aussi, est-ce que ce sont les mêmes ? Ou bien en a-t-il découvert d’autres ? Ta curiosité est piquée, tu gardes ton sourire avant de passer les Grandes Portes et de le regarder en secouant légèrement la tête.

« Je connais aussi pas mal de spot. On verra ça une prochaine fois alors. »

Tu ne sais pas quand sera cette prochaine fois, mais tu n’es pas du genre à dire ce genre de chose pour ensuite ne pas aller voir la personne. Tu n’as qu’une parole Melusine, aussi tu es assurée de le revoir. Au moins en cours. Au pire vous verriez à ce moment-là, pendant une pause.

« C’est là qu’on se sépare. Ce fut un plaisir de te connaître William, j’espère qu’il y aura d’autres occasions comme celle-ci. »

Tu l’espères du moins, tu as bien envie de le connaître ce blond.

(c) SIAL


Invité
Invité
avatar
Re: Hold your breath || William Mar 15 Jan - 19:14


☆ I love u I Hate u feat Melusine A. Howard

You ever wonder what we could have been?
You said you wouldn't and you fucking did
Lie to me, lie with me, get your fucking fix
Now all my drinks and all my feelings are all fucking mixed. Always missing people that I shouldn't be missing. Sometimes you gotta burn some bridges just to create some distance. I know that I control my thoughts and I should stop reminiscing
But I learned from my brother that it's good to have feelings.


Et si tout ça était un rêve ? Parfois il m’arrivait de me poser ce genre de questions.
Notamment quand tout se passait trop bien pour être vrai. Ironique pas vrai ? Je suis tellement habitué à afficher ce sourire faux qu’il me trompe moi-même. A force de se mentir, on en vient à oublier qui on est réellement. Il faut dire que depuis la mort de Tom, un énorme sentiment de vide me submerge. Comme s’il manquait une partie de mon âme, de mon être. Après toutes ces années, je n’ai jamais cherché, jamais vraiment réussi, à combler ce vide. Pourtant, ce ne sont pas les occasions qui manquent, je n’arrivais juste pas à les saisir. A profiter du moment en laissant de coter ce douloureux souvenir. Que je sois seul ou entouré, il finissait toujours par refaire surface.

Alors pour une fois Will, essaye de ne pas gâcher ça. Yep, j’avais apprécié cet instant, aussi bizarre cela puisse paraître. Pas question de tout foutre en l’air une fois de plus. Pour une fois dans ma vie fallait que j’arrête de broyer du noir. C’pas si compliqué pourtant merde ! Etre heureux c’est à la porté de n’importe qui, alors pourquoi pas moi. Elle semblait aussi enthousiaste que moi, aucune raison que ça se passe mal du coup.

Que ce soit pour les cours ou les sorties photos, elle semblait partante. Elle m’arracha une fois de plus un sourire authentique, un sourire presque heureux. Le genre de sourire qu’on ne voit pas souvent même en me côtoyant toute une vie, enfin, du haut de mon âge canonique de 20 ans et des poussières.

Elle s’éloigna en lâchant un dernier sourire. Ses cheveux ambrés dansant le long de sa nuque. Je ne l’ai pas lâché des yeux, fixant ses cheveux comme envoûté par cette danse capillaire. Comme si des flammes venaient bouger en rythme le long de son dos.

« J’ai hâte que nos chemins se recroise »



J’avais parlé à voix haute, s’en même m’en rendre compte, c’était sortie naturellement, je le pensais vraiment. J’avais plus qu’apprécié cette rencontre et j’espérais du fond du cœur avoir l’occasion de la revoir, chose qui semblerait évident vue qu’on est dans la même classe. Mais les expériences que j’ai eu dans ma vie m’ont souvent démontré que les choses évidentes sont souvent celles qui ont tendance à mal se passer.





panic!attack
Contenu sponsorisé
Re: Hold your breath || William

Hold your breath || William
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [Dietrich, William] Les pyramides de Napoléon
» [Polidori, John William] Le vampire
» LE VENT DE FEU de William Nicholson
» William WITKINGS
» Captain William Kidd par BM

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Extérieur :: Les parcs-
Sauter vers: