Rewarding failures • Beckett Campbell

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Bertram Godfrey
Collectionneur de pulls ringards
Collectionneur de pulls ringards
Bertram Godfrey
Messages : 959
Points : 2256
En couple avec : Ethan Stoker
Rewarding failures • Beckett Campbell Mar 26 Juin - 12:14

Rewarding failures

Bertram C. Godfrey & Beckett Campbell

Loosers. Avec un grand L. Pas un seul match de la saison gagné malgré tous mes efforts. Pardon, nos efforts. Sur nos visages on pouvait lire les diverses expressions de la défait. La déception. La colère. La frustration. L’incompréhension. L’injustice. Moi, j’étais toutes ces choses, et comme mes camarades, j’étais surtout abattu. Une douche n’avait pas suffit à laver l’affront et désormais je comatais sur mon lit, fixant le plafond, à essayer d’analyser ce que j’aurai pu faire différemment. Je m’étais changé pour porter le T-shirt bleu du concours et un gilet gris informe un peu trop long. Je n’avais pas le moral et le bout de mes doigts étaient encore froids, même après avoir tapoté l’écran de mon pineapple pour féliciter Beckett à contre-coeur.

Sa réponse m’arracha un haussement de sourcil et un profond soupir. Qu’est-ce qu’il avait encore celui-là ? Est-ce que c’était sa façon de me punir pour avoir pris de la distance ? On s’était rapproché. Les devoirs, cette soirée après sa défaite. Il m’avait vu en état d’ébriété, j’avais dit et j’avais fait des choses stupides. Et puis ensuite le stupeshit était venu tout foutre en l’air avec ces rumeurs à la con. J’étais obligé de prendre de la distance. Et la bucket list n’avait même pas avancé, on arrivait à la fin de l’année. Quelle déception.

Je me lève brutalement, craignant que mes réactions n’alertent mes camarades de chambre. Je m’empare de mon sac et de mon manuel d’occultisme avant de marmonner un :

Je vais prendre l’air.



Le marasme dans le dortoir n’améliorait pas mon humeur. Et depuis tous ces événements j’avais du mal à maintenir mon calme. Surtout après cette dispute avec ce fantôme stupide sur les balcons. Ma patience commençait à s’étioler et la colère infectait mes raisonnements. Je me surprenais à me demander : “ à quoi bon ?” plus que je ne le devrais.

Alors que je déplaçais dans les escaliers la conversation avec mon complice prend un autre tournant. Je l’invite à me rejoindre dans un endroit désert - la salle des trophées. Peut-être qu’il est temps d’avoir une vraie conversation. Peut-être qu’il me manquait un petit peu. Peut-être que j’avais besoin d’un ami à qui je pouvais parler sans filtre. Il est si facile à manipuler. Je l’appâte avec ce prix mystérieux et je termine par une provocation juste pour enfoncer le clou.

J’entre dans la salle des trophées. Pratiquement personne n’y traîne à moins d’avoir eu pour punition d’astiquer les armures et diverses emblèmes qui s’y trouvent, enfermés dans les étagères en cristal. Je jette un oeil. La liste des préfets, des prix mentionnant des noms oubliés depuis longtemps. A quoi bon ?

A quoi bon faire autant d’efforts pour ne rien obtenir en retour ? Avoir une jolie plaque avec son nom dessus ? Ca ne sert à rien.

Cette réflexion résonne à l’intérieur de moi. Je me sens étrangement…anxieux. Est-ce que Beckett va venir ou me laisser ici. Je vérifie sur mon téléphone. Pas de réponse. Si ça tombe il est train de fêter sa victoire avec les autres et il n’a pas entendu la notification. Pfff…A quoi bon

Je sors mon déluminateur de mon sac pour jouer à jour-nuit dans la salle des trophées. C’est plus joli dans le noir, avec la lumière bleue du soir qui miroite sur l’argent. Je préfère ça de toute façon. L’été arrive, il fait encore assez clair de toute façon. Je m’appuie contre une des fenêtre et je sors la sphère soigneusement emballée de papier kraft.

C’est stupide.
Il ne va pas aimer de toute façon.


Et j’attends.

DEV NERD GIRL

Beckett Campbell
Eleve né-moldu
Eleve né-moldu
Beckett Campbell
Messages : 619
Points : 1402
Re: Rewarding failures • Beckett Campbell Mar 26 Juin - 22:47

Aftermath




Les Serpentards avaient gagné face aux grands perdants, qui leur avaient mis la misère durent dans le match. Sans attrapeur, ils se seraient fait massacré. Sauvé par un loup garou.
Bien qu'il aurait dû célébré avec son équipe, Beckett n'était pas d'humeur à festoyer son manque de concentration et l'unique but qu'il avait mis. Bertram lui avait mis la misère, une fois de plus. En duel et en Quidditch, il l'écrasait sans aucune difficulté. Frustré, il n'était pas d'humeur à faire la fête et n'était resté que moins d'une heure avec sa team. Laissons les héros du match ensemble !

Beck s'était réfugié dans son lit en compagnie de Hal, pineapple en main. Les compilations de vine, paix à son âme, devrait le remettre d'aplomb non ?
Même pas un peu.
Un message de Bertram, et Beck laisse s'échapper un long soupir. Aller, l'enfant prodige le félicitait ! Super. Il n'avait même pas envie d'expliquer, alors pendant une demie heure il nia son message, avant de céder et de quand même s'exprimer sur la chose. Idiot... Pourquoi est-ce qu'il prenait la peine de lui en parler ?
Rendez vous dans la salle des trophées.
L'islandais soupira, et après de longues minutes, sortit de son lit en emmenant Hal. Sortir hors couve feu, c'était sortir avec son furet, qu'il ne risquait pas de perdre dans la foule.

Beckett pénétra la salle des trophées en silence, alors que la lumière allait et venait. Il n'était pas seul, visiblement... Surement Bertram. Il donnait toujours des lieux de rendez vous désert de toute façon, histoire que personne ne les voit ensemble. Pourquoi était-il venu ? Le Serdaigle voulait clairement le narguer avec la récompense qu'il n'avait pas gagné. S'il se moquait de lui, demi tour, direction les célébrations. Pas le temps pour les railleries ! Déjà que monsieur, comme prévu, l'évitait depuis les rumeurs... Il n'avait suffit que de cela pour éloigner le serdaigle de la menace qu'il est pour sa réputation, rien de plus. Au moins il lui restait Hal, fidèle furet bien installée dans la poche de sa chemise
Beck s'enfonçait dans la pièce, et finalement, reconnut la silhouette de Godfrey contre une fenêtre, un truc en main. Les siennes, il les mit en poche, s'avançant avec nonchalance vers lui.

- Tu sais qu'à force de se voir en secret, ça va créer plus de soupçons encore ?


Lui s'en fichait. Rumeur ou pas, il n'avait pas de réputation à sauver.

- C'est quoi ?


Aller, qu'on en finisse. Qu'il secoue son prix raté devant le nez et n'en parlons plus, de cet échec cuisant.
Ce n'était pas une récompense fort grande... Et avec le peu de luminosité, il avait du mal à voir de quoi il s'agissait, coincé dans les mains de son acolyte. L'islandais plissa les yeux, intrigué, et toujours grognon. Deux défaites consécutives, cela passait mal.
made by LUMOS MAXIMA
Bertram Godfrey
Collectionneur de pulls ringards
Collectionneur de pulls ringards
Bertram Godfrey
Messages : 959
Points : 2256
En couple avec : Ethan Stoker
Re: Rewarding failures • Beckett Campbell Mer 27 Juin - 0:05

Hors sujet : okay techniquement on est demain sorry not sorry

Rewarding failures

Bertram C. Godfrey & Beckett Campbell

Infecté, c’est le meilleur terme pour exprimer ce que je ressens. Ce fantôme sournois avait planté cette graine en moi. Je ressentais les mêmes tourments que ce soir là sur les balcons. Tourbillons d’anxiété, de peur, de haine, de colère. Cette créature vicieuse qui se débat dans mes entrailles. Elle hurle, me déchire et m’écorche de ses longues griffes. Elle me blesse dans mes chairs les plus vulnérables.

La silhouette de Beckett se détache, il n’y a que lui pour me rejoindre ici. Je croyais que le voir m’apporterait un peu de réconfort - j’avais tort. C’est pire, en sachant qu’il est volontairement désagréable.  D’un ton détaché mais bien défensif, je lui rétorque :

Uniquement si tu te fais voir.



Un sursaut insupportable dans ma poitrine me fait tressaillir.  Le fossé entre ce que je dis et ce que je ressens n’a jamais été aussi grand. Non, c’est faux. Dans cet espace entre moi et ce que je dis, j’y trouvais autrefois un refuge, du réconfort, une certaine sécurité. Pourquoi est-ce que ça me rendait malade aujourd’hui ?

Beckett n’a jamais été très loquace mais dans son ton je perçois qu’il n’a pas digéré sa défaite. Quelle ironie. Deux perdants se retrouvent dans la salle des trophées...On aurait dit une mauvaise blague.

Droit au but, hein ?
C’est la seule raison pour laquelle tu es venu ?


Ravaler mes reproches n’a jamais été aussi difficile. J’ai le goût amer de la déception sur la langue alors que je dévoile lentement, couche par couche le précieux contenu.

J’ai aidé une poufsouffle à retrouver un collier volé par notre cher Gollum. Ca je l’ai trouvé dans son butin aussi. Il était couvert de boue, alors j’imagine qu’il a dû le déterrer quelque part. Il est assez ancien et ne fonctionne plus très bien mais…..



La lumière se reflète sur le vif d’or dans mes mains. Un vieux modèle, datant d’il y a plus de 50 ans. Je presse l’endroit adéquat du pouce et  il s’élève vers le plafond avant de voler en un petit cercle régulier avec le bruit d’une mouche. J’esquisse un bref sourire en voyant Hal lever le nez, intéressée. C’est contre ma volonté, je n’ai vraiment pas envie de sourire aujourd’hui.

....Je trouvais que c’était plutôt cool.



Je lève les yeux à mon tour,  à regarder les cercles dessinés par la petite balle dorée en silence. Depuis que j’avais posé les doigts dessus, j’avais un plan. C’était un beau plan qui prenait en compte toutes les variables, toutes les situations possibles. A part celle de mon humeur. Parce que désormais le plan tombait en miettes comme des biscuits trop secs. Je suis fatigué. Je suis frustré. Je suis en colère. Alors les reproches glissent sur ma langue, aussi facilement que des mensonges.

Tu vas être comme ça à chaque fois que tu perds quelque chose ? Parce que sincèrement c’est fatiguant.



DEV NERD GIRL

Beckett Campbell
Eleve né-moldu
Eleve né-moldu
Beckett Campbell
Messages : 619
Points : 1402
Re: Rewarding failures • Beckett Campbell Mer 27 Juin - 1:18

Aftermath




Forcément qu'il allait se faire voir ! L'islandais ne se préoccupait pas d'un stalker, il n'avait pas de secrets, lui.
Beckett ne quittait pas ses mains des yeux alors qu'il déballait sa découverte, écoutant son histoire. Alors Gollum récoltait des objets intéressants ? Il était temps d'aller lui rendre visite et revendre deux trois trucs... L'argent lui manquait.
Il suivit le vif d'or du regard, épaté par la trouvaille. Un ancien vif d'or... C'est un beau prix, c'est sûr ! Il aurait même pu le montrer à son père, s'il l'avait gagné ! Personne ne devait être à la recherche du vif d'or, depuis le temps, ce n'était même plus un objet volé ! Quel idiot. Il aurait dû marquer plus de buts. Le Serpentard avait frôlé une merveilleuse récompense, et il la fixait avidement et désabusé.
C'était carrément cool.

Beckett fronça ensuite les sourcils, serrant les mâchoires tout en lançant un regard noir à Bertram, froissé par sa remarque. Le tact avait disparu avec la lumière ?!

- Oui, ça se passe toujours comme ça ! Puis j'ai rien dit de si fatiguant !


Cela n'avait jamais changé. Quand il voulait être bon à quelque chose, il ne se permettait aucun faux pas et était fâché contre sa propre incompétence. C'était insupportable de devoir entendre le premier péon demander ce qu'il n'allait pas, et forcer de resonger à ses échecs.

- On ne me laisse pas le temps non plus...


Beckett détourna le regard, secouant légèrement la tête. "Sincèrement", en voilà un mot bien particulier dans la bouche de Bertram.

- Juste...


Il laissa un long soupir s'échapper de ses lèvres. Était-ce si compliqué de comprendre les défauts d'un autre pour les accepter ? Certaines habitudes, personnes, ne changent pas, et il fallait faire avec.

- Laisse moi râler un moment, sans t'en occuper.


Rien de plus simple ! Depuis quand il fallait faire attention aux boudeurs ? Cela embête tout le monde, cette négativité, autant ne pas lui donner d'importance.
Beckett lui tourna ensuite le dos, errant autour des trophées les plus proches, se murant dans le silence et laissant vagabonder son regard sur tout ce qui n'était pas un interlocuteur. Quel amas de vieux trucs prenant la poussière... Étonnant que personne ne vole rien. Beck marmonna quelques jurons de son terroir, avant de continuer sa visite. Il n'avait pas envie d'être désagréable, ni même de fatiguer le serdaigle. S'il l'ennuyait, il ne faudrait plus beaucoup de temps pour qu'il ne lui parle plus jamais à son tour ! L'islandais glissa nerveusement sa main dans ses cheveux avant de tourner ses yeux vers Bertram. Non, il n'avait aucune envie de perdre ce compagnon d'aventure. Il n'allait pas non plus cesser d'être fatiguant, cependant, il n'avait pas de contrôle là dessus, et pour une fois, cela l'inquiétait.

- Tu voulais juste montrer le prix ?


Ou bien il avait prévu de passer du temps ensemble ? Ou ce n'était véritablement que pour vanter les trouvailles de Gollum, et ainsi finir sur un "dommage, c'est plus pour toi".
made by LUMOS MAXIMA

Spoiler:
 
Bertram Godfrey
Collectionneur de pulls ringards
Collectionneur de pulls ringards
Bertram Godfrey
Messages : 959
Points : 2256
En couple avec : Ethan Stoker
Re: Rewarding failures • Beckett Campbell Mer 27 Juin - 11:30

Rewarding failures

Bertram C. Godfrey & Beckett Campbell

Contre la fenêtre, la lumière du soir éclairait suffisamment le visage de mon camarade pour distinguer le fait qu’il me fusillait du regard. Lui devait m’observer en contre-jour. J’aurai aimé pouvoir dompter sa mauvaise humeur, comme Avery le faisait d’un ton autoritaire. Mais je ne possédais même pas ma moitié de la prestance du Magyar à pointes.  La patience me manquait pour gérer ses humeurs. Il ronchonne et soupire, me demande de lui laisser du temps. C’est qu’il serait presque raisonnable dans sa mauvaise humeur. Je réplique d’un ton neutre :

Tu es difficile à ignorer.



Ou plutôt : Il est difficile d’ignorer ce qui nous blesse… ou ce que l’on veut. Et sa mauvaise humeur me ramenait au Munera, parce que c’était ma faute, comme d’habitude. Est-ce qu’il allait me détester pour un match de quidditch que son équipe avait remporté ?! Ca n’avait pas de sens. Je respecte son souhait et je reste dans mon coin, le laissant vagabonder dans la salle des trophées, à moitié étonné qu’il ne soit pas encore parti après mes reproches. Parler n’était pas le fort du serpentard, je le savais, même si j’aurai bien aimé comprendre d’où venait toute cette négativité.

Mon regard se pose aussi sur les trophées dans les vitrines. Mon nom de famille est déjà sur la liste des préfets, tapissée sur les murs depuis des générations. “Minerva Godfrey”. Je me souviens de l’avoir cherché lors de la première année. Est-ce que le nom de mon père y figure aussi ? Ou sur un de ces trophées insignifiants ? Je ne le saurais jamais.

A sa question, je réponds d’un ton détaché :

Non.



Mais c’est la seule raison pour laquelle tu es venu, non ?

Au moins il me connaissait suffisamment pour savoir que j’avais bien souvent des arrières-pensées. En tout cas, en ce qui le concernait. Je sors ma baguette pour rappeler le vif qui continue de voler en petits cercle vers le plafond, incapable de sortir.

Accio vif d’or !



La balle dorée fonce vers moi et je l’attrape de la main gauche avant de la ranger dans son étui de fortune. Alors mes doigts compressent soigneusement le papier et les divers élastiques, mes pensées s’animent. Je voulais te le donner. Mais je ne peux pas, n’est-ce pas ? Est-ce que tu l’accepterais avec ton orgueil ? Probablement pas. Un prétexte se dessine dans ma tête.


Je voulais te proposer une revanche. Ou plutôt une deuxième chance de le gagner….Si ça t’intéresse bien sûr.



Dans ma tête, le prétexte prend forme. C’était une idée dangereuse pour moi, mais c’était la seule façon dont je pouvais tenter d’articuler la vérité qui se bousculait dans mes pensées.Je me redresse, résigné. Ma décision est prise. Je croise les bras, sérieux et j’avance à mi-chemin de la distance qui nous sépare.

Je te propose un simple “action ou vérité”. Le premier à échouer ou à refuser perd. Et pour la difficulté, je choisirai toujours “vérité”.



C’était un jeu dont la victoire était facile à contrôler. Je n’aurais qu’à refuser de partager quelque chose pour perdre. Et puis...c’était le seul prétexte que j’étais parvenu à élaborer pour avoir une conversation honnête. J’étais convaincu qu’il ferait tout pour gagner et mettrait la difficulté à un haut niveau. De mon côté, je pouvais régler la sienne pour que ce soit facile. Le plan parfait, en somme. Je fais rebondir la sphère dans ma paume avant de lui lancer un regard joueur et un sourire en coin.

Honneur au perdant. Quand tu veux.



DEV NERD GIRL



Dernière édition par Bertram Godfrey le Mer 27 Juin - 22:24, édité 1 fois
Beckett Campbell
Eleve né-moldu
Eleve né-moldu
Beckett Campbell
Messages : 619
Points : 1402
Re: Rewarding failures • Beckett Campbell Mer 27 Juin - 19:31

Aftermath




Heureusement qu'il n'était pas juste venu pour se vanter, il aurait fait demi tour sans attendre. Puis c'était un Serdaigle, pas un Gryffondor, il n'allait pas juste se moquer de lui sans but précis ?
Bertram range le vif d'or, et Hal grimpe sur la chemise de l'Islandais jusqu'à son épaule, son intérêt porté sur l'objet magique.
Celui de Beckett était porté sur Bertram, qui lui offrait une nouvelle chance de perdre ! Il fronça légèrement les sourcils, méfiant. Cela n'avait aucun sens... Il l'avait gagné, ce vif d'or ! Pourquoi le remettre en jeu ? Il n'en voulait pas ? Bertram n'était pas suffisamment mauvais que pour le voir perdre encore et encore... Alors il restait silencieux, essayant de comprendre où il voulait en venir.

Action ou vérité n'était même pas un jeu qui correspondant à Bertram Godfrey, le preux défenseur de sa propre réputation. Encore moins s'il ne prenait que des vérités ! Cela n'avait même plus des airs de jeux, à ce rythme là ! Beck plissa les yeux alors qu'il s'approchait. Il le sentait, le coup fourré. Le seul hic, c'est qu'il avait beau tourné toutes les conditions du jeu dans sa tête, Bertram perdait. Il aurait à révéler ses secrets, ou perdre, les deux le mettant en échec.
Sa première question fut donc très simple;

- A quoi tu joues ?


Il leva ensuite les yeux au ciel, avant de continuer.

- Et ne me dis pas "action ou vérité". Tu jours juste à "vérité"...


Beckett se tut quelques secondes, le dévisageant. Il avait d'autres questions, plein au fur et à mesure qu'il songeait à ce rendez vous même.

- Tu prévoyais de jouer à action ou vérité.


Même pas une question, il parlait juste à voix haute, confus. Quel était l'intérêt pour lui de perdre ? N'avait-il pas suffisamment perdu, aujourd'hui ? Il ne voulait quand même pas se débarrasser du vif d'or ? Ce serait fort stupide, il suffisait de le revendre... Bertram ne jouait pas.

- Hm...


Il avait besoin de plus de temps pour élaborer des hypothèses, alors il détourna le regard dans un haussement d'épaule, petite pensée à Hal qui ne l'avait pas vu venir.
Puis il se demandait quel genre de question il allait recevoir aussi-
made by LUMOS MAXIMA
Bertram Godfrey
Collectionneur de pulls ringards
Collectionneur de pulls ringards
Bertram Godfrey
Messages : 959
Points : 2256
En couple avec : Ethan Stoker
Re: Rewarding failures • Beckett Campbell Mer 27 Juin - 23:06

Rewarding failures

Bertram C. Godfrey & Beckett Campbell

Et si cela ne l’intéressait pas de jouer ? Est-ce que Beckett était capable de refuser l’opportunité de gagner une telle récompense ? C’était ma crainte. Qu’il hausse les épaules et passe la porte de la salle des trophées. Game over. Mon complice se mura dans le silence. Suspense, la tension monte...Et il cède, avec la question la plus simple du monde. Alors que mes lèvres s’ouvrent il m’interrompt, anticipant ma réponse. Hmm...dommage. J’allais devoir trouver autre chose.Il se met alors à lancer des hypothèses. Mes sourcils se haussent, un peu surpris. Beckett Campbell serait-il en train d’essayer de comprendre mon raisonnement ? Malheureusement c’était une mauvaise réponse, je n’avais pas prévu de jouer à action ou vérité. C’était un plan de secours. Ca il n’a pas besoin de le savoir, il a déjà l’air si  perdu….Je ne confirme pas, ni n’infirme son hypothèse, cachant un sourire en coin.

A quoi tu joues ? Etait sa question, pas: pourquoi tu joues ?. Dommage pour lui avec un meilleur choix de mot j’aurai été obligé de révéler mes véritables intentions. Et je pense que ça l’aurait rendu encore plus perplexe. J’inspire avant de répondre d’une voix en apparence calme alors qu’à l’intérieur ça bouillonne.

Je joue à un jeu que je peux contrôler à mon avantage.



Je choisis mes mots avec soin pour ne pas mentir. Il l’ignore mais nos intérêts divergent. Il joue pour obtenir le vif d’or mais mon objectif est bien plus complexe. Devrais-je lui donner une piste ?... Ca serait trop facile. C’est comme caresser des flammes ou marcher le long d’un précipice. Il y a quelque chose de grisant dans ce danger, quelque chose en moi qui m’appelle vers le vide.

J’ai bien envie d’essayer.

...pour obtenir ce que je veux.



Je n’irai pas plus loin et je pouvais déjà prédire sa prochaine question.Qu’est ce que tu veux, Bertram ? Quelque chose comme ça. Je range le vif d’or dans la poche de mon gilet avant de recroiser les bras et lui lancer un avertissement.

Alors je te conseille de bien choisir tes mots.



C’est pour ça que c’était le genre de jeu dans lequel je pouvais exceller. Les règles étaient si faciles à plier….Et il était si facile de mentir même sous vérité.

A ton tour, action ou vérité ?


Il choisit “vérité”, en théorie le choix le plus facile pour lui. Il dit toujours la vérité après tout.

Pourquoi est-ce que tu réagis comme ça lorsque tu perds quelque chose ?



DEV NERD GIRL

Beckett Campbell
Eleve né-moldu
Eleve né-moldu
Beckett Campbell
Messages : 619
Points : 1402
Re: Rewarding failures • Beckett Campbell Mar 3 Juil - 20:05

Aftermath




Un jeu qu'il contrôle, uh ? Ce n'était pas très juste, lui aussi était contrôlé ? Ce n'était pas très flatteur ! Beckett fronça les sourcils, avant de croiser les bras; il ne voulait pas gagner visiblement ! Il aurait dû se douter que même contraint à dire la vérité, il allait tout omettre. La communication, sûrement pas le point fort de l'humanité ! Même un banc de poisson faisait mieux qu'eux.
Bertram n'allait pas lui donner de réponse complète visiblement...

- Choisir mes mots ?! Réfléchir ?! Pfff... M'en demande pas trop.


Beck choisit ensuite vérité, curieux de ce que Bertram pourrait lui demander. Une question logique, qu'il aurait dû prévoir.
L'islandais haussa les épaules, avant de faire quelques pas, histoire de se dégourdir les jambes. C'était sympa comme endroit, un jeu pas trop mal, mais il avait toujours ce besoin de bouger, et surtout d'extérioriser sa frustration.

- Je n'aime pas perdre. Tu le sais déjà non ?


Il soupira. Lui ne pouvait pas se contenter de réponses vides, ce n'était pas juste et contre sa propre morale. Même contre sa volonté.

- Cela me rappelle que je pourrais être meilleur.


Beck haussa les épaules, évitant le regard de Bertram, silencieux. À son tour de poser une question, et il en avait une, servie sur un plateau d'argent. Pas de surprise pour le Serdaigle ce coup ci !
Il fit quelques pas, sans avoir d'autre question qui piquaient plus sa curiosité. Bertram agissait bizarrement, après l'avoir évité si longtemps... Et il n'était pas suffisamment futé pour découvrir le pot aux roses.

- Qu'est-ce que tu veux obtenir, Bertram ?

made by LUMOS MAXIMA
Bertram Godfrey
Collectionneur de pulls ringards
Collectionneur de pulls ringards
Bertram Godfrey
Messages : 959
Points : 2256
En couple avec : Ethan Stoker
Re: Rewarding failures • Beckett Campbell Mer 4 Juil - 15:36

Rewarding failures

Bertram C. Godfrey & Beckett Campbell

Mon camarade de jeu se met à râler. C’est vrai que ni la réflexion, ni la subtilité n’entrent dans ses compétences de prédilection. Je dois faire attention à bien équilibrer mes réponses. Si je le frustre trop, il va partir c’est sûr. Et ce n’est pas ce que je veux. Ca devrait aller. Après tout j’ai le contrôle sur tout ce que je dis non. Même si ses questions sont bancales ou inadéquates...je peux choisir de laisser le fond de ma pensée traverser mes lèvres. Pour une fois. Juste essayer. Laisser le masque tomber.

Malgré la pénombre qui règne dans la pièce je distingue sa silhouette qui trépigne. Il n’aime pas parler de ça. Qu’il n’aime pas perdre, qu’il aimerait être meilleur.Meilleur que moi, en l’occurence. Je plisse légèrement les yeux. Je pense qu’il ne me dit pas tout. Si Beckett voulait vraiment être le meilleur, son attitude serait bien différente, en cours comme au quidditch. Peut-être bien que lui même n’en a pas conscience.

Hm.



Sa réponse me laisse perplexe alors que je m’accoude à une des vitrines au milieu de la pièce. Je jette un oeil à travers la vitre, des récompenses, des écussons posé sur un tissu de velours noir. Je ferme les yeux, je m’attendais à cette question. Maintenant il fallait mesurer ce que j’allais lui répondre. Pas de mensonges.Je prends quelques secondes pour articuler ma réponse dans ma tête, choisir les bons mots. J’inspire. Ce n’est pas aussi facile qu’il n’y paraît. Ce ne sont que des mots...Des mots collés dans mon esprit depuis des semaines, enfermés à double tour dans les tréfonds de ma personne. Des mots qui comme des oiseaux, allaient devoir apprendre à s’envoler.

I want to stop feeling the way I feel.

Je veux arrêter de me sentir comme ça.  



Je sais que si je sors de ce ton neutre et détaché, les émotions vont déborder de mes lèvres. Et à partir de ce moment je ne sais pas ce qui se passera. Je n’aurai plus aucun contrôle. J’aurai l’air absolument ridicule. Mes doigts tapotent nerveusement la vitre.

Et je veux que tu arrêtes de te sentir comme ça aussi.



Comment je me sentais ? Cette réponse attendait sagement la question adaptée. Je relève les yeux vers Beckett pour lui demander ce qu’il choisissait cette fois-ci. Action. Très bien.

Je te défie de faire la roue dans la salle des trophées sans rien casser.



Un défi facile et léger pour le mettre en confiance et l’encourager à choisir cette option.

DEV NERD GIRL

Beckett Campbell
Eleve né-moldu
Eleve né-moldu
Beckett Campbell
Messages : 619
Points : 1402
Re: Rewarding failures • Beckett Campbell Jeu 5 Juil - 21:46

Aftermath



Il avait tenté être meilleur, encore une fois, pour attirer l'attention de la famille. Encore une fois, un échec. L'idée que cela donnait à sa maigre famille des raisons de plus de l'imaginer inutile le hantait inconsciemment. Dès qu'il essayait, le naturel revenait au galop et le poussait à n'en faire qu'à sa tête, ce qui n'arrangeait pas les choses à la maison. Il n'était pourtant pas un garçon stupide, loin de là; il mettait juste sa ruse aux services de petits méfaits, pour l'amour du danger et de la mauvaise blague, de l'adrénaline. Rien qui ne puisse rendre un père fier de son fils.

Beckett lève les yeux au ciel. Ça. Truc, chose, tous ces raccourcis pour tourner autour du pot et ne jamais nommer la chose même. Bertram triche, en disant la vérité, à moitié omise.

- Quelle réponse explicite...

Pourtant il n'a pas l'air serein, même caché derrière tant de mystères.
La suite le surprend également. Lui, se sentir... Comment ? D'abord surpris, il finit par détourner le regard, prenant conscience de son propre ressenti, cette idée d'être bel et bien au final ce que les adultes pensent de lui. Mais le Serdaigle n'avait pas deviné cela, pas vrai ?
Quand même pas...

- Hmpf.

Une roue. Mais pour qui le prenait-il ? Un amateur ? Beck lui adressa un sourire en coin, sûr de lui, avant de s'approcher sans crier gare de lui, et lui déposant sans lui demander son avis Hal au creux des mains.

- Tu me sous-estimes ? C'est ridicule comme action !

Et il tombait dans son piège. Une vraie andouille facilement provoquée.
Le Serpentard releva son regard du furet jusqu'aux yeux de son acolyte d'escapade top secrètes, l'y laissant plusieurs longues secondes. A quoi rimait ce jeux et ces provocations ? Il avait des doutes sur ce petit jeu de manipulation, mais la curiosité le poussait à rester, et en apprendre d'avantage sur ses plans. De nouveau, un silence qu'il laisse s'installer avant de le rompre lui même.

- Admire.


L'islandais recula, cherchant l'endroit adéquat, avant de s'élancer et faire la roue sans problème, sans rien faire tomber. Il se redressa et se tourna vers Bertram, le provoquant du regard en retour. Mais il ne trouvait rien à dire comme punchline, sauf des questions.

- Est-ce que tu vas continuer les demie réponses ? C'est évident que j'ai envie de savoir comment tu te sens, avec une réponse pareille... Ca ne vaut même pas la peine que je la pose tellement c'est évident, explique toi !


Il prit une légère  pause, détournant légèrement le regard, le temps de rassembler ses pensées, avant de plonger son regard dans le sien.

- Ce n'est pas si compliqué tu sais ? C'est juste... Effrayant.


Dire la vérité sans craindre un jugement n'était pas possible, mais cela empêchait tellement d'incompréhensions et d'accidents. Bien souvent, tout aurait été mieux, si on avait dit ce qu'on avait depuis si longtemps sur le coeur.

made by LUMOS MAXIMA
Bertram Godfrey
Collectionneur de pulls ringards
Collectionneur de pulls ringards
Bertram Godfrey
Messages : 959
Points : 2256
En couple avec : Ethan Stoker
Re: Rewarding failures • Beckett Campbell Ven 6 Juil - 0:41

Rewarding failures

Bertram C. Godfrey & Beckett Campbell

Il n’hésite pas exprimer sa frustration. En effet, même si j’ai l’intention de ne pas mentir, les murailles se dressent pour contenir l’épidémie. La peur, ce barrage à la vérité que je dissimulais sous le mystère. S’agissait-il d’un poison à distiller en petite dose ou d’une récompense qui se méritait ? Je garde une expression impassible. Beckett avait peut-être bien raison, il méritait beaucoup mieux

Il accepte son challenge avec un air de défi. Un sourire naît sur mes lèvres. S’il savait que je n’avais jamais maîtrisé une pirouette aussi simple ! Je récupère le furet, qui n’a pas signé pour avoir la tête en bas. Hal gratte un peu mon gilet et s’agite avant de fouiner dans ma manche. De son côté, mon camarade demande toute mon attention. Et même dans la pénombre, il s’exécute presque parfaitement. J’aurai presque envie d’éclater de rire.

Magistral ! J’applaudirais bien mais….



Je soulève son animal de compagnie qui m’occupait déjà les mains. A vrai dire, je ne doutais pas une seule seconde qu’il en était capable - c’était bien pour ça que je lui avais lancé ce défi. Mais ça, il l’ignorait.

Le serpentard ne se laisse pas distraire par les pirouettes. Jouer sur sa curiosité avait fonctionné à la perfection et c’était à mon tour de payer. Je ne pourrais pas m’en sortir avec des acrobaties rhétoriques cette fois-ci. Mon regard fuit le sien , les yeux baissés à regarder Hal en quête de soutien, qui regarde ailleurs avec ses petits yeux noirs. Réflexe, j’esquisse un pas de recul. Le comptoir vitré derrière moi m’empêche de reculer davantage. Il m’encourage. J’en ai bien besoin. Je relève les yeux vers lui un instant. Ces retrouvailles me rappellent avec nostalgie ce soir là sur le balcon. Même si ses réponses avaient été maladroites, Beckett s’était montré plutôt compréhensif.

Tu n’as pas vraiment changé.

Et cette pensée me rassure.

Tu as raison.  



C’est la première barrière. Mes lèvres se pincent alors que je cherche mes mots. C’est difficile de se débarrasser de ses mécanismes.

Je me sens mal. Mais ça n’a rien à voir avec le quidditch, c’est désespérant, mais ce n’est pas ça...



Excuse-moi, je tâtonne.

Je me sens….en conflit. Je me sens nerveux, en colère et frustré. Je… hmm.. je ne sais pas vraiment comment te l’expliquer...



J’ai l’impression que mon sang-froid s’échappe comme l’air d’un ballon crevé. Le ton n’est plus calme et détaché. Je soupire et je passe nerveusement une main dans mes cheveux.

Avec tout ce qui s’est passé cette année, puis avec cette stupide rumeur, j’ai beaucoup réfléchi. J’ai réalisé pas mal de trucs. Peut-être trop. Il y a ….un fossé entre ce que je pense, ce que je veux et ce que je fais. Et...



Je marque une pause. Je perds le rythme, je perds pied.

...et parfois je me sens si…si...



Seul.

C’est difficile de parler, d’articuler, d’éviter ces pièges. Si je tombe, je ne me relèverai pas. Je fronce les sourcils, j’essaie de faire un effort, d’articuler ma pensée.  J’évite ce puit de chagrin qui se dresse devant moi. Toujours privilégier la colère à la tristesse.

Tu vois ? Je ne peux même pas t’en parler sans trouver un putain de prétexte. C’est lamentable. J’en ai marre. Ca me rend malade.



Oui, putain. Bordel de merde. N*quez-vous. Parfois j’ai l’impression que tu viens pour moi, Beckett. Parfois j’ai l’impression que c’est juste pour la récompense. Est-ce que je suis cassé ? Si oui, est-ce qu’on peut me réparer, s’il vous plaît ? Honnêtement, je casserai la vitre et j’avalerai les éclats de verre ça serait plus facile. Je déglutis, pas facile d’avaler toute cette amertume. Je regarde ailleurs.

Bref, c’est ma réponse. De toute façon t’es pas venu pour ça, t’es  juste venu pour gagner ta récompense, non ? Reprenons. Action ou vérité ?



Si j’avais ajouté connard, on n’aurait pas vu la différence.

Des reproches ? Juste un peu. Je l’ai peut-être évité ces derniers temps, c’est vrai. Mais il ne m’avait pas tendu la main non plus. Si la bucket list était à l’arrêt c’était bien de sa faute. Des prétextes, j’en avais besoin pour communiquer avec lui. Payer des verres pour qu’il daigne venir me voir. Organiser des mystères pour attirer son attention.

J’aimerai tellement que ce soit différent.


Spoiler:
 

DEV NERD GIRL

Beckett Campbell
Eleve né-moldu
Eleve né-moldu
Beckett Campbell
Messages : 619
Points : 1402
Re: Rewarding failures • Beckett Campbell Lun 9 Juil - 0:16

Aftermath



Finalement, il allait parler. Beckett se rapproche à pas lent, toute son attention portée sur Bertram, coincé par un meuble, et lui, réduisant la distance.
Finalement, il se livrait et cessait de tourner du pot à sa manière. Bertram se sentait mal dans sa peau, pas étonnant quand on prétend être quelqu'un d'autre ! Beckett détourna légèrement le regard, se concentrant sur ce qu'il disait, y réfléchissait. Il perdait son calme et laissait finalement les sentiments s'emparer de lui. Beaucoup de colère et de nervosité, les premiers pas vers l'honnêteté étaient durs.
L'islandais était rassuré par ce qu'il entendant : si ce qu'il voulait était bel et bien différent de ce qu'il faisait, il devait avoir bien plus de profondeur qu'un simple fils à maman premier de classe sans autres ambitions que le statut social ! Bref, loin d'être aussi ennuyeux qu'il ne le laissait paraître.

Bertram oublie des mots, enchaine, jure et se chauffe. La colère prenait le pas sans même l'atteindre lui. Le Serdaigle était capable de ressentir quelque chose de plus puissant que ses sourires creux !
Il en avait marre aussi, que sa réputation passe avant lui. Il posa les yeux de nouveau sur son interlocuteur, le détaillant en silence, posant son regard là où il pouvait déceler l'expression de son ébullition; regard, mains, sourcils, visage... Marre de devoir jouer à un jeu pour que finalement il se livre à lui, parce qu'ils n'en avaient pas besoin. L'homme en colère ravale sa rage et passe à autre chose.
Il aurait voulu en entendre d'avantage, mais c'était déjà trop pour Godfrey. On ne pouvait pas tout avoir du premier coup !

Voilà qu'il l'accuse. Beck ne fait qu'à peine se relever après ces propos, même pas offusqué. Il aurait bien râlé chez lui s'il n'y avait pas la récompense, et son identité. Le Serpentard le laissait parler jusqu'au bout, jusqu'au nouveau défi, sans grandes expressions au visage.
Le silence avait eu le temps de retomber, le laissant fixer Bertram, avant de détourner le regard, mains enfouies dans ses poches. Quelle andouille quand même...

- Tu ne comprends pas tant de chose que ça uh ?


Les bleus et leur réputation de sages... Que du vent !
Finn est un parfait exemple de l'imbécilité profonde des Serdaigles, et lui s'était fait avoir par leur réputation. Il resta pensif quelques secondes, puis haussa les épaules.
Cette idée de venir rien que pour la récompense lui semblait absurde et infondée : il n'avait aucune récompense pour la forêt interdite, ni pour la cabane hurlante, encore moins pendant l'aide aux devoirs ! Juste une expérience, et l'optique d'être surpris par quelque chose qu'il n'aurait pas vu venir, un heureux hasard. En prime, un peu d'aventure.
Beckett posa à nouveau son regard sur lui, sortant ses mains de poches et lui faisant face, avant de s'approcher de lui.

- J'aurais pu récupérer le vif d'or facilement !


Un coup de poing, et c'était fini. Il était bon duelliste,  mais Beckett savait frapper.
Serrer ses bras autour de lui faisait partie de ce qu'il n'aurait pas pu prévoir. Il ne se gêna pas pour réaliser son défi, bien que lent dans ses gestes pour ne pas brusquer Bertram, mais aussi parce qu'il ressentait une légère hésitation. Ce n'était pas un geste qu'il avait l'habitude de faire, plutôt habitué à juste l'imaginer.
Cela lui rappelait la fois devant son dortoir où Bertram l'avait tiré dans un coin pour juste caresser ses cheveux. Ses pensées s'embrouillaient et ne l'aidaient nullement à réfléchir correctement.
Il s'y prenait à trois fois avant de poser son menton sur son épaule, cherchant comment faire alors qu'il avait entouré le Serdaigle de ses bras, glissant ses doigts sur le gilet, comme si sa texture lui paraissait soudainement intéressante. A mi chemin entre constater la qualité du gilet et juger le dos sur lequel il reposait.
Lui qui n'était pas dérangé par la proximité, il était bien gêné ! Cela n'avait rien à voir avec des marques d'affections vides, ce pauvre garçon était en colère et semblait terriblement en avoir besoin. Peut-être l'étaient-ils tous les deux.
Beckett ne pouvait pas penser à autre chose qu'à cette distance entre eux quasiment inexistante sur un plan physique. C'était perturbant. C'était au tour de sa question, aussi.

- Cette rumeur te dérange ?

Beck ne savait pas quoi dire d'autre, à part cette question. Les cinq secondes étaient passées depuis longtemps, mais il restait accroché à lui. Hors de question que l'on voit son air confus !
made by LUMOS MAXIMA
Bertram Godfrey
Collectionneur de pulls ringards
Collectionneur de pulls ringards
Bertram Godfrey
Messages : 959
Points : 2256
En couple avec : Ethan Stoker
Re: Rewarding failures • Beckett Campbell Mar 10 Juil - 1:51

Rewarding failures

Bertram C. Godfrey & Beckett Campbell

C’était embarrassant. C’est pour ça que je m’étais retourné contre lui. Et difficile aussi, terriblement difficile, comme un moteur capricieux qui refusait de démarrer. Douloureux, comme de aiguilles dans la gorge. A l’intérieur de moi, des tempêtes de mots qui tourbillonnent hors de contrôle. Des vagues d’émotions qui se fracassent  contre mes lèvres, mes yeux, j’ai peur que tout ça sorte. J’ai porté ce masque si longtemps, il n’est pas si facile de s’en débarrasser. L’angoisse me bride, comme un animal, la peur me freine.

Dans cette bataille, c’est Beckett qui se prend les tirs croisés. Un reproche fuse. Ce n’était pas très aimable, mais c’est ce que j’avais sur le coeur, aveuglé par l’émotion. Parfois il me donnait l’impression d’être une commodité. Quelque chose d’utile, de fonctionnel mais de pas très amusant. Alors je me sentais obligé d’élaborer des prétextes juste pour le voir. Le problème c’est que je souhaitais plus. Plus d’attachement, plus d’affection, plus d’amitié. Et qu’au bout du compte, le serpentard parvenait malgré lui à me faire sentir…unwanted.

Il me fixe avec cette expression indéchiffrable après l’affront que je viens de lui faire. Quoi ? Il ne va même pas réagir ? Tss...Sa petite phrase méprisante n’a pas l’effet escompté sur moi. J’ai l’arrogance de penser que je comprends très bien, au contraire. J’hausse un sourcil, dubitatif avant de le provoquer davantage.

Vraiment ?



Il s’approche. J’ai remarqué ses mains sorties de ses poches. Je les regarde un instant, inconscient du danger avant de relever les yeux vers lui.J’étais convaincu qu’il allait se raviser. Non, il allait forcément refuser et partir. Une partie de moi serait soulagée, l’autre malheureuse mais au moins j’aurai eu la satisfaction d’avoir eu raison. Reste, j’ai envie que tu restes. Arrête de mentir.

Il s’approche dangereusement de moi et mon regard croise le sien pour tenter de discerner ses intentions. Est-ce qu’il va me frapper ? Non, pas quand j’ai encore Hal dans les bras.
Je ne m’attendais pas à ça. Ses bras m’entourent en douceur et s’il pouvait lire l’expression de mon visage il y verrait de la surprise. Je m’attendais à ce que ce soit brusque et rapide. A contre-coeur. Comme un enfant qui a envie de finir ses devoirs le plus rapidement pour recevoir sa récompense.

Mais ce n’est pas comme ça du tout…

J’ouvre les bras et Hal disparait en glissant le long de mon pantalon. Mes bras se referment autour de lui pour le serrer contre moi. Ca demande toutes mes ressources de me retenir, de maintenir une pression acceptable pour essayer de ne pas le mettre mal à l’aise.

Si je m’écoutais maintenant, je dirais et je ferais des choses loin d’être raisonnables.

Une étreinte de 5 secondes, c’est accepté socialement. Pour demander pardon et se réconcilier. Pour réconforter un ami proche. Peut-être que dans ce cas, c’était les deux. Son étreinte éteint tous les feux, fait taire toutes les voix. Juste quelques secondes, c’est tout ce que je demande. Ca m’est égal s’il le fait par pitié. La pitié ne m’aura jamais paru aussi douce et désirable. Il hésite et tâtonne avant de poser son menton contre mon épaule. Par contre ses doigts ne me semblent pas hésitants alors qu’il caressent le tissu sur mon dos.

Tu ne devrais pas faire ça.

Et c’est la réaction en chaîne. Je perds le contrôle, la mesure.  Un délicieux frisson me parcourt la colonne vertébrale. Mes doigts se pressent contre ses omoplates. Mes paupières se closent alors que je le serre un peu  plus fort contre moi. Mes poumons enflent alors que j’inspire et ça presse mon torse contre le sien. Est-ce qu’il va sentir la vibration de mon coeur sous toute cette chair ? J’espère que non. J’espère que oui. Je ne sais pas. Son visage est si proche que je n’aurais qu’à tourner la tête pour embrasser son cou. Tu es un idiot, Bertram. Ne gâche pas tout J’expire. Je relâche la pression. Mes doigts glissent sur sa chemise, juste un peu en remontant vers son col. Ca doit bien faire plus de 5 secondes...

….Désolé d’avoir été un connard.  



Je m’attends à ce qu’il se détache, à ce qu’il s’en aille. Défi accompli. Mais il reste là, accroché contre moi alors que je le retiens à peine. Je ne vais pas m’en plaindre. Peut-être qu’il en a plus besoin que moi. J’ai envie de lui demander si ça va, mais il me coiffe au poteau avec une question.

- Cette rumeur te dérange ?

Je tourne légèrement la tête vers lui. Ca doit le chatouiller un peu avec les cheveux. Il est toujours là le visage caché par ses cheveux et moi incapable de voir ou de ressentir une réaction. Quelle importance ? Je me sentais plus calme maintenant. J’allais lui dire la vérité. toute la vérité.

Ca m’a dérangé. D’abord parce que...j’ai passé un bon moment avec toi et j’ai l’impression qu’on s’en est emparé de quelque chose de beau pour en faire quelque chose d’obscène.



“Godfrey et Campbell se roulent des pelles sur les balcons”. Il n’y avait rien de bien joli là dedans. Et surtout rien de vrai. Cette soirée où il m’avait réconforté au bord du précipice. Ou je lui avais dit que pour moi il avait de l’importance. C’était profond. Alors dire ça, ce n’était pas nous rendre justice. Et pourtant j’avais l’impression de mal avoir choisi mes mots et j’avais peur qu’il se sente un peu insulté.

Enfin...pas que te rouler des pelles soit obscène... euuhh. Bref. Tu as compris ce que je voulais dire.



Okay. C’était pire. 100% pire. A se mettre des claques.

Et pour la deuxième raison, il était préférable de briser cette étreinte. Mes mains remontent vers ses épaules pour le repousser en douceur. Je n’en ai pas envie, mais c’est nécessaire.

Et puis...ça m’a dérangé parce que ça sous-entendait que j’aime les garçons.



Mon regard le fuit, mes mains se cachent dans mes poches.

...Alors je me suis dit que je devrais me trouver une copine pour prouver le contraire. Et c’est à ce moment que j’ai réalisé à quel point c’était stupide. Parce que...  



Je peux sentir la magie de son étreinte s’estomper. Je m’agite un peu mais je tiens bon. Il le mérite. Et puis je ne peux pas continuer à mentir.

...Parce que je sais que je préfère les garçons aux filles...Depuis longtemps. Et je sais que je dis le contraire à tout le monde.



Ca me paraît tellement étrange de dire ça à voix haute. Je hausse les épaules, un peu mal à l’aise.

J’ai pas envie que les gens le sachent. Après, ils te regardent différement. Ils s’attendent à un certain comportement. Ils pensent que ça explique certaines choses, comme mes cheveux longs alors que ça n’a rien à voir. Est-ce que ça mal si je n’ai pas envie que ça me définisse ?



J’ose enfin le regarder, un peu désolé, un peu perdu pour lui demander sincèrement son avis.

Et toi, elle t'as dérangé cette rumeur ?



Je n'en avais pas eu l'impression.

DEV NERD GIRL

Beckett Campbell
Eleve né-moldu
Eleve né-moldu
Beckett Campbell
Messages : 619
Points : 1402
Re: Rewarding failures • Beckett Campbell Sam 14 Juil - 20:55

Aftermath



Ah, venait-il de frissonner ? Alors qu'il faisait bon ? Ah, Bertram poussait la proximité un peu plus loin, à la grande et agréable surprise de l'islandais. Beckett était trop préoccuper par son propre palpitant qui s'emballait pour sentir celui du Serdaigle. Depuis combien de temps il n'avait pas eu un geste d'affection pareil ? Un qui ne soit pas vide, même... Trop longtemps ?

Oui, il avait été un connard. Mais Beckett est ami avec Yannis, donc techniquement, il est habitué à ce genre d'individu. Il sourit légèrement sans rien dire. Ce genre d'excuses étaient parfaites ! Puis il était confortablement installé, et n'avait aucunement envie de bouger de là.
Enfin, avant qu'il ne bouge la tête, lui collant des cheveux dans son visage, qu'il écarta en soufflant dessus.

C'est vrai que leur soirée hautement animée était devenu un sujet très tendancieux, juste pour animer la soirée de pauvres imbéciles tout seul dans leur chambre, une main sous la couette et l'autre tenant leur pineapple, attendant un nouveau ragot du stupeshit.
Il rit légèrement. L'embrasser, pas obscène ? Merci de la précision inutile.
Et Bertram l'écarta, l'empêchant d'être confortable sur son tout nouveau perchoir. Beckett recula légèrement, avant de remarquer son furet qui s'éloignait de trop. Continuant de l'écouter, il alla rattraper Hal avant qu'elle ne disparaisse sous un meuble, la gardant au creux de ses mains. Ah. Godfrey sortait du placard. L'islandais posa à nouveau son regard sur lui, loin d'avoir imaginé qu'il lui avouerait son orientation ce soir !
Etait-il même la personne à qui l'avouer ? Beck était bien conscient d'avoir l'empathie d'une moule, et il était planté à, furet dans les mains, à ne pas savoir ce qu'il aurait fallu dire.
Il plissa les yeux, perplexe.

- Mais... depuis quand les gens te définissent ?

Cela ne faisait aucun sens. Il souffla, puis déposa Hal dans la poche de sa chemise.
Il avait beau être doué, pour un Serdaigle, il était stupide ! Beck secoua légèrement la tête, avant d'enfouir ses mains en poches, plongeant son regard dans le sien.
La rumeur l'avait a peine ébranlé personnellement.

- Un peu. Enfin, moi je m'en fiche, je fais pas attention à ce que disent les gens.


Son regard se fit plus lourd de reproches.

- Mais toi non. Je savais que tu m'éviterais ! Ça me dérange, ça.


Même Andy et Olympe s'interrogeaient sur la rumeur d'ailleurs. Les deux avaient tenté de lui tirer, l'une très fort et l'autre vaguement, les vers du nez. Il se souvenait encore de cet échange avec la préfète, se demandant si cela le dérangeait, lui, d'embrasser son compagnon d'aventure. Ou bien s'il était attiré par ce dernier.
Hm, c'était bien plus compliqué d'établir une réponse en situation ! Puis il était suffisamment mal à l'aise comme cela, peut-être fallait-il changer de sujet ?
Et c'était son tour de poser une question...

- L'ananas sur une pizza, sacrilège ou non ?


Le pire, c'est que son visage restait sérieux. C'était comme si le reste de leur relation allait se jouer sur cette réponse !
Ce qui aidait à maintenir cette expression était la réalisation de son inutilité en situation délicate. Bertram venait de lâcher une bombe, enfin, cela y ressemblait vu son embarras, et lui restait on ne peut plus naturel : boulet jusqu'au bout.

- aussi, tu as oublié mon action, donc je veux une action et une vérité.


Ah il s'en voulait. Aussi terrible et nulle qu'était sa question, il avait pu rompre l'ambiance par un truc complètement absurde.
Mais le voilà qui gâche sa propre mise en scène maladroite pour se rattraper avec un détail encore plus inutile, à peine murmuré.
made by LUMOS MAXIMA
Bertram Godfrey
Collectionneur de pulls ringards
Collectionneur de pulls ringards
Bertram Godfrey
Messages : 959
Points : 2256
En couple avec : Ethan Stoker
Re: Rewarding failures • Beckett Campbell Sam 14 Juil - 22:41

Rewarding failures

Bertram C. Godfrey & Beckett Campbell

Je ne sais pas ce que j’attendais comme réaction. Je savais d’avance qu’il ne réagirait pas comme n’importe qui. Pas de surprise dissimulée, de long silence, pas de successions infinies de questions : juste une.

 Mais... depuis quand les gens te définissent ?

Ce n’était pas vraiment celle à laquelle je m’attendais non plus. L’expression neutre de son visage ne trahit rien : je sais qu’il s’en fiche. J’aurai probablement suscité davantage de réaction si je lui avais annoncé qu’il devait absolument réviser son chapitre sur les snargalouf pour l’examen de défense. Je ne sais pas si je suis déçu ou soulagé. Peut-être que si je lui avais avoué alors que je le serrais dans mes bras, il n’aurait pas réagi. Peut-être que je l’aurai senti se raidir, visiblement mal à l’aise. Peut-être qu’il m’aurait repoussé avec un peu dégoût. Honnêtement je préférais ne pas savoir. Mes épaules se haussent un peu avant de se baisser sous l’effet d’un soupir contenu.

Juste parce que tu ne juges pas les gens, ça ne veut pas dire que eux ne te jugent pas en retour.



Comment lui expliquer quelque chose d’aussi fondamental ? De toute évidence, Beckett n’avait pas la même perception que moi.

Nous sommes jugés sur ce que les autres savent de nous. Sur l’image qu’on projette. Donc… ça changerait radicalement la perception que les gens ont de moi.



Et la perception qu’ils avaient de moi, bien qu’elle soit fausse et construite, me convenait. Je retrousse les lèvres un peu pensif. J’avais déjà réfléchi à ça. Si je devais agir comme je le voulais, montrer qui j’étais vraiment. Après autant d’années...personne ne le prendrait bien. Soleil, Béring, Edwyn, Virgil… ils seraient profondément vexés. Ils me tourneraient le dos, c’était sûr. J’étais coincé dans mon mensonge.

Le serpentard me lance un regard lourd de sens. Ma posture bascule un peu vers l’arrière, les bras légèrement croisé. Posture défensive je sais, mais le ton de ma voix reste cordial et dénué de reproches :

Pourquoi tu ne me l’as pas dit ?



En effet, cela avait été le silence radio des deux côtés. Silence que j’avais brisé - il était important de le noter. Peut-être que c’était sa façon de me faire la gueule, mais j’avais cru comprendre que nos rencontres secrètes ne lui posaient pas plus de problèmes que ça. Est-ce que c’était toujours le cas ?

Si quelque chose te dérange, j’aimerai bien le savoir.



Je me doute bien que j’ai du dire et faire des choses qui lui ont déplu. Mais j’aimerai savoir quoi et adapter mon comportement en conséquence. J’imagine qu’il doit ignorer l’influence qu’il peut avoir sur moi, son importance. Que je serai prêt à tout reconsidérer juste s’il me le demandait. S’il me laissait un peu de temps pour y réfléchir.

Et puis vient la plus absurde des questions. Je pouffe d’un léger rire. Drôle de question. Et pourtant pas si simple, surtout pour un indécis comme moi. On pouvait me poser la plus simple des questions et j’élaborerais la plus complexe des réponses, comme un politicien. Je prends une mine sérieuse pour réfléchir, tapotant mes phalanges contre mon menton avant de me lancer dans un résumé de mes tergiversations.

Hmmm…. Honnêtement ça ne serait pas mon choix...et je peux comprendre que les italiens prennent ça comme une appropriation de leur culture mais d’un autre côté… n’est-ce pas le véritable nature de la pizza que d’être couverte de restes divers et variés….?



Les pierres qui encombrent ma poitrine et mes épaules s’envolent doucement. Je me sens plus calme, plus léger, plus simple. Beckett m’aide à me souvenir qu’il y a des choses plus importantes dans la vie que ces petits drames et ces jeux personnels : comme par exemple de l’ananas sur la pizza. Je pense bien que la pizza hawaïenne me survivra. Avec un léger sourire je m’approche de lui pour caresser le rat en rube qu’il vient de récupérer.

En conclusion : sacrilège ? Non. Mais ce n’est pas ce que je commanderai pour autant.



Je relève les yeux vers son maître pour lui adresser un sourire et lui lancer un regard reconnaissant. Je sais que c’est ce qu’il cherche à obtenir. Alléger l’atmosphère. Je me sens un peu coupable de toujours le retrouver pour lui vomir mes états d’âmes. D’un autre côté, ça n’a pas l’air de l’affecter plus que ça. Est-ce que j’aimerai que ça le touche un peu plus ? Peut-être...je ne sais pas... ça me donnerait l’impression qu’il m’accorde de l’importance. Et quelque part je ne suis pas sûr que c’est sa façon de faire. Il est venu, il m’a étreint, c’était déjà beaucoup comme marques de soutien. Je crois que je suis simplement plus avide avec lui qu’avec les autres.

D’un air faussement innocent, je lance :

Oh, tu en réclames ?



Lui qui prétendait pouvoir s’emparer du vif d’or quand il voulait, il finissait par se prêter au jeu ? Un sourire en coin pointe sur mes lèvres. Je laisse Hal tranquillement dans les bras de son maître, cachant mes mains innocemment derrière mon dos. Mon regard se balade sur les trophées, juste pour alimenter le suspense.

Action d’abord. Aloooors….je te défie de poursuivre la bucket list. Maintenant, tout de suite. Partons à l’aventure.  



La vérité viendrait probablement en chemin.

DEV NERD GIRL

Contenu sponsorisé
Re: Rewarding failures • Beckett Campbell

Rewarding failures • Beckett Campbell
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» SGA - Lorne/Beckett - Dis Lui - Poème - G
» Mlle Lorne-Beckett arrive
» [Ramsey Campbell] Soleil de minuit
» Samuel Beckett
» DANGER GIRL REVOLVER ART PRINT BY J.SCOTT CAMPBELL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Premier étage :: Salle des trophées-
Sauter vers: