L'algue rare {Serafim}

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Béring Leszczynski
Not your princess, tocard
Not your princess, tocard
Béring Leszczynski
Messages : 456
Points : 844
En couple avec : Personne - donc pas avec un tocard. (Hennessy is watching you)
L'algue rare {Serafim} Lun 31 Déc - 21:43

L'algue rare.

feat.
Serafim
Il avait enfilé un sweat à l'arrache et ses baskets, Béring. Dans un lit, de l'autre côté du dortoir, on avait murmuré quelque chose. Et il s'était doucement éclipsé.

Trois heures du matin. Trois heures du matin, oui. Et Béring, il est dehors ; sorti de son lit par l'appel intempestif d'un gryffondor qui a un peu trop pris la confiance. "Une algue super rare !" qu'il avait dit. "Ce sera cool !" qu'il avait dit. Et Béring n'avait même pas eu le temps de répondre que Serafim, il avait déjà raccroché.

À la lueur d'un lumos, il s'était dirigé dans le noir, Béring. Et il avait râlé, mais pas trop fort. Parce qu'il n'est pas vraiment censé être dehors à cette heure-ci...

Mais bientôt, on voit le lac. Le silence ; il est presque total. Personne à la surface. Et ça, c'est embêtant. Alors, une fois au bord de l'eau, il se penche un peu, Béring. Faut faire attention de ne pas tomber à la flotte.

"Seraf' ? T'es... là-dessous ?"

Il espère bien pour lui qu'il est "là-dessous". Et si c'est une blague, quelqu'un va se retrouver à manger des cailloux ou de la terre, à défaut de pouvoir se faire noyer.

"J'espère vraiment qu'elle vaut le coup ton algue..."

Soupir.


Dernière édition par Béring Leszczynski le Ven 24 Mai - 21:42, édité 4 fois
Serafim H. Marinos
Flipper le dauphin
Flipper le dauphin
Serafim H. Marinos
Messages : 104
Points : 316
En couple avec : La déception, mais au moins ma maman elle m'aime
Re: L'algue rare {Serafim} Mar 1 Jan - 17:10




Ou quand chercher un cadeau pour une fille

te fais perdre tout sens des responsabilités



T’es en pleine euphorie depuis le rendez-vous arrangé que t’as fait passer Andy, Serafim. Tu ne sais pas encore trop comment l’expliquer, poser des mots sur ce que tu ressens est un exercice plutôt complexe parce que… Ce que tu ressens, c’est nouveau. L’euphorie et l’excitation qui parcourt tes veines et fait battre ton cœur, tu ne les as encore jamais vécues de cette façon-là. C’est peut-être l’idée de te dire que tu vas réussir à briser le cercle maudit de tes râteaux, c’est peut-être le sentiment d’avoir grandi, de ne plus être seulement un gamin. Tu ne sais pas et dans le fond, tu t’en fiches de savoir. T’es juste profondément curieux, heureux. Tu veux juste profiter, ressentir encore ces sensations nouvelles, savoir jusqu’où elles peuvent te pousser. Tu as hâte d’en découvrir plus, d’expérimenter plus, t’as le sentiment d’être un putain de gosse à deux heures de Noël. Ouais, t’es juste vraiment heureux, et le plus grisant dans tout ça, c’est que tu sens que ce n’est qu’un début.

Toute à ton euphorie, t'as monté le projet fou et totalement débile de ratisser de fond en comble le Lac à la recherche d'un truc bien particulier. Sur ton île, il est de coutume d'offrir un coquillage spécial, très rare, aux filles qu'on emmène en rendez-vous. Fin, pas toutes les filles, juste celles qu'on veut revoir, vraiment revoir. Et y a une fille comme ça dans ta vie, Sera. Us de tes potes être de l'eau, vivant dans le lac, t'as dit qu'il en avait trouvé un, une fois. Ça te suffit pour te lancer corps et âme dans cette entreprise. Tu as beaucoup, beaucoup de mal à estimer le temps que tu passes sous l'eau. Ce soir-là, t'avais plongé juste avant de manger en te disant que tu aurais vite fait d'aller piquer des restes dans les assiettes de tes camarades Gryffondor en cas de problème. Ce que tu pensais être une petite heure de recherche s'était transformée en une majeure partie de la nuit sans que tu ne t'en rendes compte. Dans ton caleçon de bain bleu, t'écumes le fond du lac et c'est justement au cours de ta recherche que t'étais tombé sur ça, sur cette algue. Une algue noirâtre, gluante, mais tu avais suffisamment de connaissance aquatique pour reconnaître la rareté quand tu la voyais. Et la rareté était présente. Tes pensées, s'étaient alors tournées immédiatement vers ton ami Serdaigle, Béring. Une trouvaille pareille allait forcément lui plaire ! Alors t'étais remonté tout grelottant pour taper un sms au bleu avant de replonger. Bien évidemment, t'avais aucune idée de l'heure, après tout, t'avais pu nager aussi longtemps, non ?

- « Seraf' ? T'es... là-dessous ? »

Tu n'es pas dans les profondeurs du Lac, en fait, t'es en pleine remonté, le smile aux lèvres, parce que tu l'as enfin trouvé. Le fameux coquillage que tu cherchais. Ta tête, suivi du reste de ton corps, émerge de l'eau avec énergie pour tomber nez à nez avec le visage de Béring.

- « Hé ! Salut Bé ! C’est cool que tu sois venu, je suis sûr que ça va te plaire ! »

Tu sors de l'eau en pestant contre le froid avant de rabattre rapidement sur tes épaules une épaisse et longue serviette. Tu t'approches avec énergie d'un petit tas où se trouvent tes vêtements, ta baguette et d'autres trucs de gars bizarre qui sort se baigner par -5. T'empoigne ta baguette pour lancer un sort et te sécher rapidement avant d'enfiler ton pantalon d'uniforme et ta chemise. Ton regard passe sur ton camarade et tu remarques enfin sa tenue… Une bien étrange tenue.

- « Bah, t’es déjà en pyjamas ? »





"You also have splendid colors in you do you understand?"


©️ Halloween


Béring Leszczynski
Not your princess, tocard
Not your princess, tocard
Béring Leszczynski
Messages : 456
Points : 844
En couple avec : Personne - donc pas avec un tocard. (Hennessy is watching you)
Re: L'algue rare {Serafim} Ven 4 Jan - 17:30

L'algue rare.

feat.
Serafim
Ce n'est pas contre le froid qu'il peste, lui, Béring. Non-content de lui avoir foutu la frousse, Serafim balance de la flotte partout. Alors, il s'écarte un peu.

"Il fallait peut-être y penser avant de sauter à moitié à poil dans le lac !"

Une paire d'yeux qui se lève au ciel ; il commence quand même à se cailler aussi, Béring. Et il a bien envie de repousser le gryffondor à l'eau, maintenant qu'il est bien sec.

"Qu-quoi ?! "Déjà" ? Bien sûr que je suis "déjà" en pyjama, Serafim ! Il est trois heures du matin, abruti !"

Il glisse une main dans ses cheveux qui ne ressemblent plus à rien, Béring. Il aurait vraiment mieux fait de rester au lit. Mais d'ailleurs...

"Attends, mais tu sais vraiment pas quelle heure il est ? Me dis pas que t'as passé toute ta soirée là ? Qu'est-ce que tu fabriquais encore ?”

Il sait qu'il a des habitudes un peu bizarres, le gryffondor. Et il le regarde, Béring, comme s'il était un peu fou. S'il n'était pas sous l'incroyable emprise de sa propre curiosité, il serait déjà rentré au château. Bien au chaud, dans son lit ; pas dehors à attendre que Serafim lui montre cette algue rare.

Il commence vraiment à remettre en question ses choix de vie, Béring.


Dernière édition par Béring Leszczynski le Ven 24 Mai - 21:45, édité 3 fois
Serafim H. Marinos
Flipper le dauphin
Flipper le dauphin
Serafim H. Marinos
Messages : 104
Points : 316
En couple avec : La déception, mais au moins ma maman elle m'aime
Re: L'algue rare {Serafim} Sam 5 Jan - 1:35




Ou quand chercher un cadeau pour une fille

te fais perdre tout sens des responsabilités



- « Il fallait peut-être y penser avant de sauter à moitié à poil dans le lac ! »
- « Je trouve que tu t’arrêtes à des détails, franchement… »

Tu lui souris avec toute l’innocence dont t’es capable… Et tu trouves ça fichtrement drôle. C’est un plaisir, que dis-je, un délice de taquiner le Serdaigle, spécialement lorsqu’il est en mode grognon. T’enfiles le reste de ton uniforme en poussant un soupir heureux lorsque tu sens enfin les couches de vêtements se succéder sur ta peau. Cette petite virée dans les profondeurs aura été plus que lucrative ! Maintenant, il ne te reste plus qu’à vite rentrer au chaud, profiter d’un bon dîner et aller roupiller du sommeil du juste po- Attends, comment ça 3 h du matin ?

Tu hausses un sourcil.

- « Tu déconnes ? » lances-tu à ton camarade sur le ton de la plaisanterie. Pourtant, t’es pas serein Sera. À voir la tronche de Béring, à voir son pyjama, tu sens comme un léger, touuuut léger doute. Tu n’es pas resté aussi longtemps sous l’eau, si ? Tu choppes ton portable dans la poche de ta robe de sorcier en te disant que, nan, tu ne peux pas être aussi con… Mais t’as rien dit. Rien du tout. T’es bel et bien définitivement con. « Ah. »

Oui. Ah. Parce que tu ne sais pas trop quoi dire d’autres. Ton petit doigt te dit que, du coup, ton pote a toutes les raisons du monde pour te faire bouffer les vers par la racine. Il est 3 h du matin et tu l’as fait venir ici.

- « Attends, mais tu sais vraiment pas quelle heure il est ? Me dis pas que t'as passé toute ta soirée là ? Qu'est-ce que tu fabriquais encore ? »
- « Je suppose que l’excuse du "C’est fou comment le temps passe vite quand on s’amuse" n’est pas valable, hein ? »

Bien évidemment que non, du con. Tu offres un sourire désolé au Serdaigle en empoignant l’algue que t’as trouvé, tout en l’invitant à te suivre à l’intérieur parce que, baaaaaaah, il est tard lol. La question, maintenant, c’est comment lui expliquer le pourquoi du comment de ton expédition sous-marine sans passer pour un teubé. Hm. Bonne question. Très bonne question. Dans ta situation, difficile, de toute façon, de ne pas rejoindre les bas-fonds de la connerie alors bon, foutu pour foutu.

- « Je cherchais un cadeau. Pour une fille. Ahem. » Ok. T’es beau Sera putain. « Maiiiiiiiiiis, c’est pas si con que ça en a l’air… parce que j’ai aussi trouvé ça ! Tadam ! »

T’as l’air particulièrement con de lui tendre une vieille algue noire qui pue. Mais ce n’est pas n’importe quelle algue noire qui pue. C’est THE algue noire qui pue. Et, là, tout de suite, t’espère très fort pour ton espérance de vie et ta future descendance que ça ne vas pas faire exploser Béring.

- « C'est une espèce d'eau douce plutôt rare et elle a des propriétés multiples en fonction de comment tu la travailles. Les êtres de l'eau s'en servent pour des tonnes de choses, c'est le joujou idéal si tu veux faire des expériences. Y a tout un tas de ces petits bijoux au fond du lac, mais c'est difficile d'accès et faut savoir où chercher. » Et ça tombe bien, parce que toi tu sais « Du coup, si tu acceptes de me laisser en vie, et histoire de me faire pardonner, je m’engage solennellement à aller t’en chercher autant que tu veux dès que t’en auras besoin. Mais, please, j’ai un rancard dans une semaine, ai pitié Béring. »


"You also have splendid colors in you do you understand?"


©️ Halloween


Béring Leszczynski
Not your princess, tocard
Not your princess, tocard
Béring Leszczynski
Messages : 456
Points : 844
En couple avec : Personne - donc pas avec un tocard. (Hennessy is watching you)
Re: L'algue rare {Serafim} Lun 7 Jan - 18:28

L'algue rare.

feat.
Serafim
C'est un soupir à la limite du rire qu'il lâche, Béring. Ce gars, il n'est vraiment pas croyable. Étonnant que ses baignades nocturnes ne lui aient pas encore causées d’ennuis. “L’amour” vous fait faire des choses bien stupides ; il est bien placé pour le savoir, Béring.

“Oh ! C'est mignon, ça. Cela dit... j'espère vraiment pour toi que ton cadeau ne sent pas comme ton algue. Elle va prendre ça comme une insulte !”

Après s'être étouffée à cause de l'odeur ; comme il est en train de le faire, Béring. Une fois cette monstruosité olfactive éloignée de son nez, il trouvera bien le temps d'embêter un peu son ami avec cette histoire de fille.

"Ah ! Mais éloigne un peu ça de mon visage, c'est au-dessus de mes forces pour l'instant ; et ça pourrait t'aider à rester en vie encore un peu !"

Pas étonnant que seul les êtres de l'eau l'utilisent... Mais ce n'est pas une odeur, aussi fétide soit-elle, qui l'empêchera de faire affaire, Béring.

"Deal, seulement si tu t'engages aussi à me montrer comment et pour quoi on la travaille... et si tu les fournis avec des sacs hermétiques ; vraiment cette odeur... Seigneur !"

Et sinon : oopsie pour la descendance.


Dernière édition par Béring Leszczynski le Ven 24 Mai - 21:48, édité 2 fois
Serafim H. Marinos
Flipper le dauphin
Flipper le dauphin
Serafim H. Marinos
Messages : 104
Points : 316
En couple avec : La déception, mais au moins ma maman elle m'aime
Re: L'algue rare {Serafim} Jeu 10 Jan - 22:22




Ou quand chercher un cadeau pour une fille

te fais perdre tout sens des responsabilités



Non, ça va, tu te sais encore assez intelligent pour savoir qu’offrir une algue qui pue à une fille ce n’est pas le meilleur moyen de conclure. Enfin, ça pourrait être la bonne solution si tu cherchais à la faire fuir parce que tu n’as pas les couilles de lui dire en face que c’est mort, mais t’as une telle franchise, Sera, que tu serais plus du genre à sortir ça, sans pression, en mangeant ton burger comme-ci de rien n’était. Faut dire que la subtilité n’est pas ton point fort et quitte à dire quelque chose, autant le dire franchement. Maintenant que t’y pense, c’est peut-être ce qui explique tes 86 râteaux.

- « Oh, monsieur serait-il trop sensible à l'odeur de merde marine ? Mon vieux, si tu pleures devant ça, passe pas sur les côtes grecques parce qu'on trouve de ces trucs. Ça te réveillerait un mort. » Fis-tu en fourrant l'algue dans un sac en plastique étanche et en balançant un sort histoire de ne pas embaumer le reste du château « J'ai une voisine, une fois, qui s'est amusée à foutre unes de ces merdes partout dans la maison de son ex-mari. Le pauvre a dû déménager. »

Véridique, avec le temps cette maison était même devenue unes des sept merveilles de ton île. On l’appelle la maison aux algues et il est de coutume de malencontreusement enfermer les petits camarades de jeux qu’on n'aime pas trop dedans. T’en sait quelque chose pour y avoir fait plusieurs séjours. Aaaaah, les enfants.

Tu irais bien serrer la main de Béring pour officialiser votre accord, mais tu vas lui épargner cette torture, du moins jusqu’à ce que tu te sois lavé les mains. Le pauvre a déjà fait l’effort de se pointer à trois heures du mat pour que tu lui donnes une algue malodorante, mais si en plus tu dois lui pourrir le reste de sa nuit…

- « Ça te dérange si on passe vite fait aux cuisines, que je pique un truc à bouffer et que je me lave les mains ? Promis, si on se fait prendre, je me sacrifierais en digne Gryffondor que je suis. »

Nan parce qu’on rappelle que le règlement n’est officiellement pas fait pour les chiens et que vous n’avez rien à faire là. Mais bon, c’est un petit détail sans importance, une bagatelle comme dirait les Serdaigle en soirée.

- « D’ailleurs, je pose ça là, mais tu sais que je suis là si besoin, hein ? Si jamais t’as envie de sortir te changer les idées un jour, n’hésite surtout pas vieux. Hormis les algues, je sais aussi faire rentrer de la bonne binouze des familles dans l’école. »



"You also have splendid colors in you do you understand?"


©️ Halloween


Béring Leszczynski
Not your princess, tocard
Not your princess, tocard
Béring Leszczynski
Messages : 456
Points : 844
En couple avec : Personne - donc pas avec un tocard. (Hennessy is watching you)
Re: L'algue rare {Serafim} Dim 13 Jan - 15:02

L'algue rare.

feat.
Serafim
Il ne veut pas savoir ce qu’on trouve d’autre sur les côtes grecques, Béring. Mais ce sont sans doute les corps de touristes et d’un ex-mari, dans un état de décomposition atrocement avancé, poussés dans les bras de la Mort par cette odeur infâme. Et pour la première fois de sa vie, il se dit que ce n’est pas si mal de ne pas avoir un odorat fonctionnel sous l’eau. L’algue bien en… sécurité dans le sachet, l’air devient tout de suite un peu plus respirable. Il lâche un rire légèrement moqueur, Béring.

"Et je fais quoi moi après, génie ? Je me cache dans le placard à gâteaux pour le reste de la nuit ?"

Un peu grognon pour la forme ; n'empêche qu'il le suit quand même. Ce serait vraiment pas humain de laisser le gryffondor mourir d'inanition ; même s'il sent la discussion glisser vers un sujet légèrement sensible, Béring...

"Est-ce qu'un jour dans cette école on pourra même juste aller pisser sans que tout le monde soit au courant ?"

Soupir. Mais c'est pas sa faute, à Serafim.

"J'suis étonné que tu songes pas à en faire une grosse affaire, tu serais à la tête d'un petit trafic florissant."

Et ça le fait sourire, d'imaginer l'autre comme une sorte de mafieux discount, Béring.

"J'espère que t'es conscient qu'il faudra plus que de la bière pour me mettre à terre ? Tu sais, j'ai juste tellement l'impression... d'étouffer, ici."


Dernière édition par Béring Leszczynski le Ven 24 Mai - 21:51, édité 2 fois
Serafim H. Marinos
Flipper le dauphin
Flipper le dauphin
Serafim H. Marinos
Messages : 104
Points : 316
En couple avec : La déception, mais au moins ma maman elle m'aime
Re: L'algue rare {Serafim} Lun 14 Jan - 1:59




Ou quand chercher un cadeau pour une fille

te fais perdre tout sens des responsabilités



Tu te retiens de lui dire que le placard à gâteau est plutôt confortable pour l’avoir toi-même testé quelques années auparavant (eh, oui, tu n’en es pas à ta première tentative de vol dans la cuisine et tes ennemis pas à leur première tentative de te coincer dans un endroit exigu pour rire). Tu ne tiens pas tellement à le voir ronchonner toute la soirée après tout, même s’il a une bonne raison.

Cependant, tu prends quand même le temps de te concentrer sur ce qu'il te dit lorsque tu sous-entend le dernier drama dont il est le centre. Le club de journalisme fait de toi une véritable bible à ragot, tu sais beaucoup de choses d'ordre intime sur tout le monde et tu as la (mal)chance d'avoir quelques petites souris pour te tenir au jus 24h sur 24 (coucou Argus). Si tu avais été un connard, tu te serais sûrement servi de tes connaissances à des fins personnelles, t'aime cependant à croire que si tu en sais autant, c'est justement parce que les gens savent que tu es une tombe et, qu'au final, la vie intime des gens, tu t'en fous. Aussi, si tu as vu le nom de ton ami passer pas mal de fois dans tes petits dossiers, tu n'as jamais pris la peine de relever quoi que ce soit. Tu n’étais pas entré au club pour faire les heures de gloire du Stupeshit, t’étais entré au club pour pouvoir militer activement pour l’intégration et le respect de moldus, cracmol et hybrides de l’école (et pour filtrer un peu ce qu’on dit sur les copains et, oui, ok, accessoirement savoir sur qui taper quand t’es en rogne.). Tu comprenais cependant aisément l’agacement du Serdaigle, à croire que même à trois heures du matin les murs avaient encore des oreilles.

- « Malheureusement, je crois pas non. » fis-tu avec un sourire désolé « Malheureusement. »

Parce que tu t'en passerais bien de toutes ces informations. Dans l'idéal, t'aimerais faire comprendre aux gens que la vie privée doit rester de l'ordre de la vie privée et que l'intrusion à outrance ça détruit plus que ça ne guérit. Le malheur des gens ne devrait pas être un spectacle tout public. Mais les ragots, ça fait lire, ça permet de briller et de briser à la fois. Dans un monde et un lieu comme Poudlard, ce n'était plus seulement des mots, mais des armes. T'étais bien placé pour savoir que de nombreuses personnes l'avaient compris. Et ça te faisait chier, Sera. Vraiment. Alors tu faisais de ton mieux pour éponger, pour édulcorer, pour détourner l'attention sur des sujets plus triviaux avec tes articles, mais ça ne suffisait pas. Parce qu'on ne pouvait jamais gagner contre les ragots.

Votre escapades vous conduit alors aux alentours des cuisines et tu te surprend à encore y déceler une forte odeur de nourriture, à croire que l’activité ne s’arrête jamais. Tu pénètres sans la moindre gêne dans la seconde maison des Poufsouffle (parce que ça aime manger les blaireaux) pour piocher dans la première corbeille de pain que tu trouves.

- « T’sais, les algues c’est sous-coté. Genre vraiment. J’ai beau expliquer que c’est la plante ultime, personne ne comprend. Soi-disant que parce que ça vient de l’eau c’est pas top, pourtant vous épicez bien vos plats avec des plantes sur lesquels les chiens ont probablement pissé, alors bon. »

Tu lui sers ta tirade avec un haussement d'épaule volontairement exagéré avant de reprendre ton sérieux. Soyons francs, tu n'aimes pas le voir comme ça, Béring. Dans ces moments, il a l'air d'être tellement fragile… En détresse. Toi, t'aimes le voir rire, Béring, t'aime le voir sourire parce qu'il est beau quand il sourit et qu'il a beaucoup à offrir lorsqu'il est heureux. T'aimes le voir rayonner, pas broyer du noir. Mais les plaies sont tellement profondes que tu ne sais pas très bien comment t'y prendre et surtout ce que tu peux ou non faire pour l'aider. La vie t'as appris que l'aide n'est pas une chose à sens unique. Il faut que l'autre se laisse aider et tu ne sais pas très bien quelles sont les limites du Serdaigle avec toi.

- « Le but n’est pas vraiment de te mettre une race, tu sais ? » commences-tu en lui adressant un sourire maladroit « Puis, entre nous, les races c’est bien sur le moment mais les contres-coups sont violents et ça ne règle pas vraiment le problème. »

T’en sait quelque chose, notamment parce que la dernière grosse race que t’es mis t’as fait finir dans le lit d’un inconnu. T’as réalisé l’exploit de repartir avec plus de soucis qu’à l’arrivé. C’était beau.

- « Poudlard n’est pas une panacée, je te suis là-dessus. Et, j’sais pas si ça peut t’aider mais, t’es pas tout seul Béring. Quand t’as du mal à respirer, que tu souffres, reste pas enfermé. Je ne sais pas si c’est… Cavalier de ma part de te dire ça mais… Heu… Je ne pourrais peut-être pas faire disparaitre tout ce qui te fais du mal mais, en tant qu’ami, je peux au moins t’apporter une petite bouffée d’air frais de temps en temps. Qu’est-ce que t’en dis ? On va boire un coup, tu te plains une bonne demie-heure, je note tes punchs-lines et je te crédites, ce genre de bail quoi. »


"You also have splendid colors in you do you understand?"


©️ Halloween


Béring Leszczynski
Not your princess, tocard
Not your princess, tocard
Béring Leszczynski
Messages : 456
Points : 844
En couple avec : Personne - donc pas avec un tocard. (Hennessy is watching you)
Re: L'algue rare {Serafim} Ven 25 Jan - 14:41

L'algue rare.

feat.
Serafim
Béring, il dirait bien à Serafim que, pour sa part, le contre-coup n’a jamais impliqué de se retrouver dans le lit d’un tiers sans se rappeler avoir vu ce qu’on peut supposer avoir logiquement vu ou non… En attendant, il le regarde faire son shopping à travers les cuisines. Enfin ; plutôt vol à l'étalage que shopping, si on veut être tout à fait correct.

Il en dit long, le petit sourire de Béring, avant de doucement s'effacer. Réflexion. C'est quelqu'un de bien, Serafim. Il ne mérite pas vraiment que Béring vienne l'embêter avec tous ses stupides soucis... Dommage pour lui que ce soit déjà trop tard. Et il ne sait pas bien comment réagir, Béring. Alors, il rigole.

"Fais gaffe, j'vais finir par demander une part des bénéfices de tes articles, un jour. Toute l'école a déjà dû reconnaître mon génie, derrière ce verbe remarquable !"

La vérité, c'est qu'il ne peut s'en prendre qu'à lui-même cette fois, Béring. Et il a honte... Honte d'être aussi crédule, honte de s'être attaché si facilement à une illusion partie en fumée.

"C'est... c'est vraiment gentil de ta part, Sera'. Je saurais pas te dire oui ou non maintenant. J'ai besoin d'attendre un peu, encore. Mais... je te dirai ce week-end, sûrement."

Il laisse le silence s'installer un peu, Béring. Et l'odeur réconfortante des cuisines s’imprègne un peu sur ses vêtements. Il pique un biscuit au chocolat dans une boîte qui traîne par-là.

"J't'accorde que c'est pas mal, les algues. Mais la différence entre l'algue sympa et l'algue rare qui pue, elle est super importante. Et puis, ta comparaison de tout à l'heure, elle est un peu bof-bof quand même. Peut-être qu'y a des poissons, ou d'autres êtres de l'eau, qui ont fait des saletés à côté de ton algue hein... Tu préfères quoi ?"


Dernière édition par Béring Leszczynski le Ven 24 Mai - 21:56, édité 1 fois
Serafim H. Marinos
Flipper le dauphin
Flipper le dauphin
Serafim H. Marinos
Messages : 104
Points : 316
En couple avec : La déception, mais au moins ma maman elle m'aime
Re: L'algue rare {Serafim} Mar 5 Fév - 0:45




Ou quand chercher un cadeau pour une fille

te fais perdre tout sens des responsabilités



Tu rigoles. Ce serait la moindre des choses de lui reverser une part de tes bénéfices vu comment sa répartie t'inspire. Enfin, si bénéfices, il y avait. Parce que, bon, on ne va pas se mentir, Sera, mais t'es loin d'être payé des milles et des cents. Tu gagnes un peu de sous, parce que l'information ça a un coup et que certains s'assurent l'exclusivité, mais c'était loin d'être quelque chose d'habituel ou de très lucratif. T'aimais à dire que la confiance des gens était un paiement bien suffisant… Sauf le vingt du mois où tu regrettes tes folies sur les sites en ligne.

- « Je ne trompe personne, j’avoue, je me rends. Tout le monde sait qui est le vrai cerveau ici. »

Tu mets les mains devant toi, comme un coupable qui avoue son crime. Coupable qui serait nettement plus crédible s’il ne souriait pas comme un crétin fini. Mais bon, t’es un crétin fini, un adorable crétin fini, on te pardonne, Sera.

Pour le coup, tu es plutôt content du premier pas accompli. Il y a quelques années, tu te serais offusqué de ne pas avoir un oui, mais le temps avait fait de quoi quelqu'un de plutôt patient avec les gens. Encore une fois, une aide ça ne se force pas. L'idée doit faire son chemin. L'idée doit être acceptée. Dans le fond, t'es amplement satisfait de le voir te dire « peut-être ». Peut-être, ce n'est pas non. Peut-être, c'est un demi-oui, et c'est déjà beaucoup un demi-oui. Béring à le droit de réfléchir, de prendre son temps et en tant qu'ami t'as le devoir d'attendre. Ta porte est ouverte et il le sait, tu ne seras pas celui qui le forcera à la franchir. Ça, c'est quelque chose que Béring doit faire seul, pour son propre bien. En attendant, t'es là. Il le sait. Ce n'est déjà pas si mal. C'est tellement peu et tout d'entendre quelqu'un dire « je suis là ».

- « Bien sûr, prend le temps qu’il te faudra. Tu sais où sonner quand tu voudras en parler. »

Tu ne ressens pas la nécessité d'en dire plus, le message est assez clair comme ça. Alors, oui, t'es fleur bleue et tout, t'aimes le drama et les ship, mais tu sais aussi qu'il n'y a pas toujours besoin de se perdre en monologue pour toucher quelqu'un. Par moment, aller à l'essentiel, c'est encore le plus efficace. Tu ne t'opposes pas non plus à son brusque changement de sujet de conversation. Là encore, tu peux comprendre et t'es suffisamment grand pour savoir qu'il n'est pas nécessaire de s'étendre cent-sept ans sur ce qui nous blesse pour le faire disparaître. Le trop et l'ennemi du bien, après tout.

- « Aaaaah, mais mon bon monsieur, tu oublies un point essentiel : la merde et le sperme de poisson ça ne sent pas. » Ok. C'est dit. C'était fin. Classe. Une preuve de bon goût assurément. « Alors, oui, la plante rare sent mais c'est son odeur naturelle. » Et tu dis ça en agitant le doigt comme un monsieur je-sais-tout. « M'enfin, tu sais qu'on peut faire des parfums à partir de ce truc-là ? »

Tu déconnes pas, on peut faire des parfums à partir de tout, de cuir et de cookie par exemple. Et tu ne dis pas ça parce que c’est ton axe du moment.

- « Bon, je crois que j’ai ce qui faut, les courses sont finies. T’as pris quelque chose pour toi ? »


"You also have splendid colors in you do you understand?"


©️ Halloween


Béring Leszczynski
Not your princess, tocard
Not your princess, tocard
Béring Leszczynski
Messages : 456
Points : 844
En couple avec : Personne - donc pas avec un tocard. (Hennessy is watching you)
Re: L'algue rare {Serafim} Mar 19 Fév - 14:45

L'algue rare.

feat.
Serafim
Il le fait rire, Serafim ; avec son fameux point essentiel. Il doute que quoi que ce soit puisse avoir une véritable odeur, dans un océan : tant le sperme de poisson que le reste... Mais après tout, il n'est pas un poisson, Béring. Alors, comment pourrait-il savoir ?

"Ahhhh... les goûts et les couleurs ! Qui suis-je pour t'empêcher de te parfumer à l'algue fétide ? Laisse-moi juste te dire qu'on a déjà vu plus efficace pour conclure."

On a toujours de quoi être surpris. Au fond, il n’est pas véritablement expert du sujet, Béring. Peut-être que ça a des vertus aphrodisiaques ? Mieux vaut rester ignorant pour un temps.
Il zieute encore un peu la boîte à gâteaux avant de l'embarquer tout entière avec lui, Béring.

"C'est bon pour moi. On file ?"

Rhétorique. Avec sa boîte, il l'attend déjà près de la porte. Pas besoin de se cacher dans un placard cette nuit ; ils sortent.
Et il s'en rend compte d'un coup, Béring ; ça le heurte. N'a-t-il pas oublié de s'attarder sur quelque chose ? Faut-il tourner autour du pot ? Faut-il être cash ?

"Alors, comme ça... un cadeau pour une fille ? Crois pas que ton algue qui pue m'a fait oublier ce que j'ai bien entendu."

C'est bien, les cadeaux. Tout le monde aime les délicates petites attentions ! La seule chose qui inquiète Béring, c'est la tête du cadeau en question. On va quand même pas se mentir ; le nombre de râteaux que se traîne Serafim c'est pas l'œuvre du Saint-Esprit... Il a perdu le fil il y a longtemps, Béring.

"Elle a un prénom, cette fille ?"

Sous-entendu : je la connais, cette fille ? Parce que si elle est assez folle pour avoir accepté une proposition de rencard, c'est sûrement quelqu'un de bien.


Dernière édition par Béring Leszczynski le Ven 24 Mai - 22:00, édité 1 fois
Serafim H. Marinos
Flipper le dauphin
Flipper le dauphin
Serafim H. Marinos
Messages : 104
Points : 316
En couple avec : La déception, mais au moins ma maman elle m'aime
Re: L'algue rare {Serafim} Dim 24 Fév - 20:42




Ou quand chercher un cadeau pour une fille

te fais perdre tout sens des responsabilités



Ah, on commence enfin à parler parfum. Et, ça te fais rire, parce que Béring n'a pas tort et quand on voit ta collection de parfum de ta salle de bain on peut, éventuellement, se questionner sur le pourquoi du comment de tes goûts. Mais tu es un homme confiant dans tes choix, aussi c'est fièrement que tu poses tes poings sur tes hanches avec un petit air triomphant.

- « Ne sous-estime jamais le pouvoir du axe chocolat-cuir. Ça les fait toutes tomber. »

C'est faux. Genre, t'as un tableau de chasse foirées aussi long que ton bras pour en témoigner. Mais bon, t'espères que Béring a oublié ce détail, parce qu'il y a ton ego de poisson viril et musculeux en jeu dans cette histoire et t'aimerais, si possible, le conserver le plus longtemps possible. Bon, en vrai, si tu te tiens deux minutes, c'est déjà bien. Eh, oh, on ne va pas trop t'en demander non plus.

Ton casse-croûte rassemblé, tu rejoins ton camarade à l'entrée des cuisines dans l'objectif de regagner vos piaules… Si possible sans se faire prendre. C'est peut-être la partie la plus compliquée de l'histoire, en vrai, parce que même si tu n'as rien fait de grave, tu te doutes que « je cherchais un coquillage pour une fille trop belle » ne sera pas une excuse valable aux yeux du corps enseignant. T'entâmes donc ta longue progression ninja jusqu'au dortoir… Jusqu'à que Béring remette sur le tapis la raison de ta présence au lac. Et merde, l'algue a échouée dans sa tentative de diversion. Bon, en même temps, tu peux comprendre, la perspective d'avoir un date avec quelqu'un est suffisamment énorme en soit pour que ça monopolise la conversation. Genre… T'as franchi la première étape de la conquête d'une demoiselle, le truc qui n'est jamais arrivé avant… SI ça C'EST PAS UN MIRACLE. Ahem.

Tu cherches tes mots, tu rougis Serafim. Tu sais que c'est vachement cliché comme plan le coup du cadeau perso et tout, tu devrais peut-être te la jouer un peu plus nonchalant et inaccessible, mais ce n'est tout simplement pas ton genre. Tu es loin d'être un bon menteur, cacher tes sentiments, c'est un truc que tu ne sais pas faire. Joy te plaît, tu as envie de marquer le coup et, quitte à le faire, autant le faire de façon honnête, en ne mentant pas sur ce que tu es. Parce que si cette relation doit vous mener quelque part, tu ne veux pas qu'elle se trompe sur la personne qu'elle a en face d'elle. Tu te grattes l'arrière de la nuque avant de te racler la gorge. Tu fixes tes chaussures avec un léger sourire niais. Elle te plaît, et ça se voit.

- « Ouais, tu dois la connaître. C'est Joy McCullen, c'est la meilleure pote d'Andy, elle est aussi à Gryffondor, huitième année, belle, intelligente, tu la remet ? » Tu présentes Andy comme étant une référence à connaître dans Poudlard et tu ne te poses même pas la question de savoir si c'est légit ou non. « On s'est vu une première fois avec Andy et je crois que ça a bien matché entre nous. En fait, je crois qu'elle me plaît vraiment. Je ne devrais pas m'emballer comme ça, mais j'ai envie de marquer le coup, de sortir le grand jeu et… Bah… Être moi ? Je ne sais pas trop comment ça va se passer, mais j'ai vraiment envie que ça marche entre nous, Béring. Tu me trouves con, hein ? »


"You also have splendid colors in you do you understand?"


©️ Halloween


Béring Leszczynski
Not your princess, tocard
Not your princess, tocard
Béring Leszczynski
Messages : 456
Points : 844
En couple avec : Personne - donc pas avec un tocard. (Hennessy is watching you)
Re: L'algue rare {Serafim} Dim 31 Mar - 23:03

L'algue rare.

feat.
Serafim
Ca lui fait bizarre encore les gens amoureux, à Béring. Ça le révulse encore un peu, comme si c'était une sale maladie contagieuse ; mais il ne dira rien. Il ne dira rien, parce que c'est Serafim. Et tant pis si c'est le gars qui porte du axe chocolat-cuir. C'est son ami. Il le regarde rougir, Béring. Il est paradoxalement heureux et triste pour lui. S'il pouvait trébucher sur ses propres pieds, aucun doute qu'il le ferait Serafim. Qu'est-ce que ça fait vraiment de se sentir comme ça, déjà ?

"Ah oui, je vois ! Je vois même très bien..."

Il ne la connaît pas personnellement, cette Joy. Mais la façon dont il en parle ; c'est sans doute une fille super. C'est sans doute sa fille super, à Serafim. Et ça lui arrache un sourire, à Béring ; un vrai.

"Non, Seraf'. C'est pas con, loin de là même."

Que lui dire ? Ce gars tout d'un coup si peu sûr de lui, ce n'est pas celui qu'il a l'habitude de côtoyer. Ce sujet de discussion, il en a un peu perdu l'habitude, Béring.

"Quand est-ce qu'une fille que tu as cherché à conquérir t'a autant plu, déjà ? T'es un gars super, même avec tes algues et ton abominable axe ! Tu as tous les droits de t'emballer, parce qu'elle verra qui t'es vraiment. Tes efforts sont sincères, et c'est tellement important... J'ai peut-être l'air de l'ami à l'avis biaisé comme ça, mais utilise ton petit cerveau de Gryffondor : je vais quand même pas avoir besoin de dresser la liste de tes qualités ici même et au milieu de la nuit ?"

Il soupire un peu, Béring. Il s'est frustré tout seul. Que personne d'autre n'entende jamais les mots qu'il s'apprête à prononcer ; on croirait entendre Syka.

"Tu sais combien ça me coûte de le dire, Serafim. L'attirance peut... peut être le commencement de choses magnifiques ; des choses qu'on imagine même pas et qui sortent plus de la tête. Et si ça peut t'arriver à toi, ça coûte rien de se lancer. Les hontes passagères, ça s'oublie. T'as raison Serafim : t'as mille fois raison !"


Dernière édition par Béring Leszczynski le Ven 24 Mai - 22:03, édité 1 fois
Serafim H. Marinos
Flipper le dauphin
Flipper le dauphin
Serafim H. Marinos
Messages : 104
Points : 316
En couple avec : La déception, mais au moins ma maman elle m'aime
Re: L'algue rare {Serafim} Sam 6 Avr - 21:58




Ou quand chercher un cadeau pour une fille

te fais perdre tout sens des responsabilités



Tu relèves les yeux, légèrement surpris. Tu t'attendais à ce que Béring te taquine, se foute un peu de toi, parce que tu sais que tu dois avoir l'air ridicule, là, tout de suite. Pourtant, ce n'est pas le cas. C'est très sérieusement qu'il te répond et c'est très sérieusement que tu l'écoutes. Tu ne peux pas mentir sur le fait que ses mots te touchent, Sera, encore plus parce qu'ils viennent de lui. Tu exprimes une petite pointe de fierté à le voir, comme ça, dresser un portrait de toi que peu de gens te dresses en face-à-face. T'es fier, oui. Peut-être même un peu ému aussi. Tu es de ces personnes dont le cœur est facilement impressionnable. Tu es de ces personnes pour qui les mots résonnent plus que tout le reste. Et ils résonnent, les mots de Béring, ils résonnent fort, touche leurs cibles. Tu laisses un sourire timide éclairer ton visage alors que ta main vient chercher ta nuque.

- « Je ne sais pas… Honnêtement, plus je pense à elle, plus je me dis que personne ne m'avait fait cet effet-là avant. Au final, je crois que c'est la première fois que… Que ça devient aussi sérieux. Ça me fait un peu peur, pour être honnête. Je ne sais pas si… Si je serai à la hauteur. Mais je veux essayer, je vais foncer parce que je sens que je vais le regretter le restant de mes jours si je ne donne pas tout pour cette fille. »

Et tu repenses à toutes ses filles que tu as, un jour, essayer de conquérir, à tous ces noms que tu avais raccrochés à ta liste de râteaux. Et toutes, toutes sans exceptions te semblent insipides, inexistantes. C'est, comme dis, tu n'avais jamais réellement aimé avant. C'était peut-être là la différence entre amour et flirt, peut-être là la différence entre sentiment véritable et amusant passager. Et tu te sens bête, Sera, tu te sens stupide d'avoir autant de fois pleuré ou ris d'un amour qui n'en était pas un. Tu te sens con d'avoir cru une seule seconde que tu pouvais qualifier tes râteaux de sérieux. Rien n'avait jamais été sérieux, pas une seule fois. Parce que si Joy te recale, ce soir-là, tu es pratiquement sûr que le contrecoup sera au-delà de tout ce que tu as connu. Parce que si elle t'accepte, ce soir-là, tu es convaincu que ton cœur explosera sous le coup de la joie. Tu n'avais jamais rien connu de semblable. C'est perturbant, effrayant, mais surtout grisant.

- « Je… Merci Béring. »

Tu es redevable, vraiment redevable. Tout ce qu'il te dit… Whoua. Tu n'en attendais pas autant. Mais tu es content, très heureux de ce qu'il se passe en ce moment. C'est pour ce genre de preuve d'amitié que tu te bats, pour ce genre de petit moment que tu ne fais jamais faux bond à quoi que ce soit. Ça t'émeus d'autant plus que tu sais très bien par quoi il est passé. Il pourrait te dire de façon cynique que l'amour ne dure pas. Que même si ça marche aujourd'hui, ça se cassera forcément la gueule demain. Que ça ne vaut pas le coup pour les souffrances que ça apporte ensuite. Spécialement, quand on est quelqu'un comme toi, avec le cœur trop grand, trop fragile. Il aurait pu te dire tout ça. Mais il ne l'a pas fait. Il t'encourage à la place, il te dit de foncer, de tenter l'expérience. Malgré toute l'aigreur que lui fait ressentir le mot amour, malgré toute la déception que ça a engendré. Ouais ça t'émeus et émouvoir un cœur d'artichaut, c'est jamais un bon plan. Alors tu renifles, tu tires une tête un peu trop bouleversée pour que ça ne se remarque pas.

- « T’es un vrai frère j’en peux plus. C’est beau ce que tu dis putain. Tu sais que je t’aime ? Je crois que je vais chialer je peux te faire un câlin ? »


"You also have splendid colors in you do you understand?"


©️ Halloween


Béring Leszczynski
Not your princess, tocard
Not your princess, tocard
Béring Leszczynski
Messages : 456
Points : 844
En couple avec : Personne - donc pas avec un tocard. (Hennessy is watching you)
Re: L'algue rare {Serafim} Dim 14 Avr - 21:30

L'algue rare.

feat.
Serafim
Il n'arrive pas à empêcher de s'imposer cette dérangeante sensation de s'être ridiculisé devant son ami, Béring. Il aura au moins eu le mérite de faire de son mieux... tout ça semble tristement compliqué, maintenant. Ce petit silence le fait douloureusement douter. Que se passe-t-il dans la tête de l'autre ? Il hésite à ouvrir la bouche à nouveau, mais - est-ce qu'il vient de renifler ? Vraiment ?

Le léger rire que laisse échapper Béring trahi son profond soulagement. Les émotions du gryffondor menacent dangereusement de déteindre sur lui, tout d'un coup. De quoi ils auraient l'air, encore ? À pleurer au beau milieu d'un couloir en pleine nuit, comme deux fillettes ? Il sent les larmes doucement monter, Béring. Et il se frotte un peu les yeux, comme pour les empêcher de ne serait-ce que penser à couler. Tant pis s'il sent le axe cuir-chocolat ou pire : l'abominable algue malodorante. Il ouvre grand ses bras, Béring.

"Ah ! Viens là ! Je t'interdis de chialer. Parce que si tu chiales, Seraf', je chiale aussi !"

Il pourrait serrer son ami dans ses bras jusqu'à l'en étouffer. C'est un moment précieux. Et il n'y a pas de meilleure façon d'illustrer la joie qui l'anime.

"Je t'interdis de chialer. Parce que si tu chiales, Seraf', je chiale aussi ! Et ça va vraiment pas être beau."

Non, vraiment pas beau du tout.

“Tu m’écoutes toujours me plaindre et… je suis conscient que c’est pas facile ! C’est plutôt moi qui devrais te remercier. T’es un gars en or, et j’suis fier de pouvoir dire qu’on est ami ; même si tu te parfumes bizarrement et que tu me réveilles à pas d’heure pour une algue qui pue. D’ailleurs tu sens un peu la marée...”

Il se moque juste un peu, Béring. Il a beau essayer de faire taire son rire, c’est un échec.


Dernière édition par Béring Leszczynski le Ven 24 Mai - 22:05, édité 2 fois
Contenu sponsorisé
Re: L'algue rare {Serafim}

L'algue rare {Serafim}
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Une chose rare...
» À la recherche de la perle rare...
» timbre rare
» Timbres abîmés.......
» Le mot

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dabberblimp ::  :: Extérieur :: Le lac noir-
Sauter vers: